Parlons pierre - Les pierres traitées, contrefaites, trafiquées

Parlons pierre – Les pierres traitées, contrefaites, trafiquées

S’y retrouver avec les pierres naturelles, reconnaître celles ayant été transformées, voir fabriquées est une chose complexe.

Après avoir lu l’article de Julia Boschiero , j’ai eu envie de vous le  faire partager .

Julia est passionnée par les minéraux et  praticienne en lithothérapie depuis 2007,  la lithothérapie étant une médecine non conventionnelle qui cherche à soigner par le biais des cristaux.

Pour en savoir plus sur la lithothérapie – article wikipedia

Merci Julia! Voici son site pour en savoir plus sur la lithotherapie de Julia et ses connaissances des pierres.

Différence entre pierres traitées et pierres contrefaites

Il est en premier lieu important de distinguer les pierres traitées des pierres de synthèse.

La pierre traitée est une pierre naturelle dont on a modifié l’aspect. Différentes méthodes existent pour modifier l’apparence d’un minéral. Les plus courantes sont la teinture et la chauffe. Les pierres ayant subit un tel traitement restent d’origine naturelle et gardent une énergie intrinsèque (pour ceux qui ont déjà pu lire mon livre, liée à la croissance de la pierre au coeur de la terre * pour les autres vous en saurez plus à la sortie du livre « Les pierres au quotidien » en librairie :D *), mais qui ne correspond pas forcément à leur apparence extérieure. La couleur est un des critères marquants qui conditionnent l’énergie d’une pierre. Dans le cas d’une pierre traitée, la couleur apparente ne correspond pas à la couleur naturelle du minéral. Il y a donc décalage entre les propriétés qu’on donnerait à la pierre en la voyant, et celles qu’elle possède réellement.

Une pierre contrefaite en revanche, n’a aucune origine naturelle. Il s’agit de « pierres » (ce terme est ici des plus usurpés) fabriquées de toute pièce à partir de verre synthétique (silice fondue) mélangé à différentes teintures ou matières, ou de reproduction synthétique des pierres naturelles par cristallogenèse.  Difficile d’imaginer dans ce cadre une énergie propre, accumulée pendant des millénaires au coeur de la terre-mère… et pour cause, on ne trouve rien de tout ça sur de tels produits. Les seules énergies qui entourent certains d’entre eux sont des énergies « égrégoriques », créées et nourries pas la croyance humaine et non par dame nature.

Les pierres traitées

On distinguera les pierres chauffées des pierres pierres teintées. Les premières voient leur couleur changer par une exposition à de très fortes températures, tandis que les secondes sont plongées dans des bains de teinture chaudes (la chaleur ouvre les pores de la pierre tandis que la teinture s’infiltre et modifie la couleur apparente). Je vous parlerai enfin du traitement spécifique de la topaze bleue qui reste une pierre à éviter dans bien des cas. Tout cela n’est pas expliqué en termes bien scientifiques, vous m’en excuserez, mais mon objectif présent est que vous puissiez simplement comprendre le principe général.

Les pierres chauffées

La citrine dite « chauffée » : La citrine naturelle est une améthyste qui s’est formée à proximité d’une source de chaleur naturelle. Les hautes températures transforment les ions fer qui colorent l’améthyste en violet pour leur donner une couleur jaune. Dans la nature, ce processus se fait sur plusieurs siècles, ce qui permet à la citrine naturelle d’avoir une couleur plus douce et plus nuancée. La citrine étant bien plus rare que l’améthyste (ses conditions de formation étant plus contraignantes) son prix de vente est également plus élevé. Il n’aura pas fallu longtemps avant que l’idée glorieuse de mettre des améthystes dans un four pour en augmenter la valeur ne germe à l’esprit de quelques petits malins. Voici un aperçu du résultat :

Les améthystes chauffée (souvent indiquées comme citrine chauffée) possèdent bien une énergie intrinsèque, mais n’ont pas eu le temps de stabiliser et de nuancer leur caractéristiques de jaunes. Elles restent donc plus instables et gardent certaines caractéristiques de l’améthyste. A la décharge des commerçants, certains produits très demandés sont introuvables en citrine naturelle.

Pour que vous puissiez distinguer l’améthyste chauffée de la citrine naturelle, voici quelques photos de citrine naturelle :

Le zircon bleu : D’après les recherches que j’ai pu effectuer, il n’existerait pas de zircons bleus naturels (ou sinon en très faibles quantités et avec un bleu bien moins vif que ce qu’on trouve habituellement sous ce nom). Aussi les zircons bleus qui circulent sont-ils beiges-rouges à l’origine, puis chauffés pour faire apparaître cette couleur bleue. Voici une image avant et après chauffe :

Pierres de joaillerie : Une grande partie des pierres utilisées pour la taille en haute joaillerie subissent des chauffes pour amoindrir les imperfections, rehausser la couleur (ou parfois juste la faire apparaître), etc. Ces techniques ne sont pas considérées par la joaillerie comme un « traitement » de la pierre mais comme un embellissement nécessaire. La grande majorité des rubis et saphirs sont ainsi chauffés pour en améliorer la qualité. Les pierres authentiques avec de la transparence et une couleur franche voient ainsi leurs prix décuplés par rapport aux prix « habituels » du marché réservés à de la pierre « embellie ».
D’autres traitements, cette fois-ci moins acceptés, comme le remplissage des fissures grâce à des résines ou à du verre au plomb peuvent exister. Dans ces situations la qualités de pierre obtenue est tellement supérieure à son état naturel que les pierres en deviennent très peu chères.
Difficile donc de trouver des pierres entièrement naturelle dans notre industrie du luxe. Pour plus de certitude adressez-vous à des créateurs indépendants plutôt qu’à de grandes bijouteries.

Les pierres teintées

L’agate : Commençons par la plus évidente, puisqu’en ce qui concerne l’agate, il s’agit d’un vrai festival. Les teintures sont appliquées le plus souvent sur l’agate rubanée. Pour commencer sur des bases saines, voici la couleur naturelle de cette pierre :

Il en existe des variantes naturelles bleu clair (calcédoine blue lace) et orange (cornaline rubanée), suivies de près dans les boutiques par des teintes bien moins subtiles (et bien entendu artificielles) :

La pierre naturelle paraissant un peu insipide par rapport à ses cousines teintées, il est évident que nombre d’entre vous seront allés bien plus aisément vers les agates « transgéniques », et c’est bien pour cela qu’on vous les sert. Gardez donc l’oeil ouvert, tout ce qui brille n’est pas d’or.

La howlite : Cette pierre blanche à l’origine, est utilisée pour contrefaire toute sorte d’autres pierres. Voici donc son apparence d’origine, qui grâce à ses veine se prête bien à être le support de tous types de couleurs :

Puis ses versions teintées :

Vous l’aurez compris, la howlite ça sert à tout. Petite parenthèse au passage sur cette pierre : bien qu’elle ai été confondue avec la magnésite dans certains livres de lithothérapie, il s’agit en réalité de deux pierres totalement différentes, ces deux variétés ne partageant pas du tout la même composition chimique.

Autres teinture : On pourrait citer encore d’autres cas, moins embêtants d’un point de vue des propriétés, comme par exemple le Lapis-lazuli, qui est couramment teinté dans sa couleur bleu nuit pour cacher les veines blanches des « qualités moindre » et en augmenter la valeur. Dans ce cas il n’y a pas modification de la couleur puisqu’on reprend la couleur naturelle du lapis-lazuli, mais la méthode reste très peu appréciée tant la valeur des marchandises en est faussée.

Pierres irradiées

La topaze bleue : Cette pierre est sujette à un traitement spécifique. Pour en augmenter la couleur, elle est exposée à des rayons radioactifs. Le bleu, naturellement très pâle de la topaze, s’intensifie alors pour se rapprocher des couleurs plus appréciées et habituellement trouvées sur l’aigue-marine. Pour vous donner une idée de la différence voici quelques images :

Ces pierres sont couramment vendues en joaillerie, et nombre de vendeurs n’hésitent pas à mentir sur les traitements qu’elles auraient subits pour ne pas effrayer les clients.

Les pierres bombardées et recouvertes

Ce type de traitement des pierres est devenu très à la mode ces dernières années, notamment avec le quartz « aqua aura » et le succès rencontré par ce détournement esthétique du cristal de roche. Le principe est simple, on prend une pierre naturelle (le plus souvent des pointes naturelles ou des amas de cristal de roche) et on la recouvre d’une fine couche de particules pour en changer l’aspect. On retrouve ce procédé avec moult déclinaisons de couches superficielles différentes. Dans tous les cas le résultét est le même : Des métaux de surface déposés par l’humain qui n’ont pas le temps de se stabiliser et de marier leur énergie avec celle du cristal de roche. Pour moi ces outils restent donc très proches de la pierre de départ, avec toutefois quelques entraves dues à la présence de métal en surface et des tarifs plus élevés.

En voici quelques exemples :

Il serait impossible de faire une liste exhaustive de tous les recouvrements aujourd’hui présents sur le marché internationnal. Les variétés de couleurs sont sans limites en fonction des mélanges de métaux appliqués à la surface du cristal de roche. Dans nos derniers exemples nous sommes face à des mélanges de métaux aux recettes complètes gardées secrètes pour protéger le dépot de marque des ayant droits. Le quartz « tanzan aura » est recouvert d’Indium, de Niobium et d’or entre autres métaux, tandis que « l’Impéririal gold » est bombardé de fer, de titane et autres métaux. Ce dernier ressemble enfin au quartz tangerine, contenant des inclusions et/ou des dépot externes naturels de fer.

Les pierres de synthèse

Les verres

Fabriqués de toute pièce par l’homme, ils sont réalisés tout simplement à base de silice fondue comme le verre employé pour la fabrication des bouteilles industrielles. L’aspect peut varier en fonction des éléments mélangés à la silice lors de la fonte.

La rivière d’or : Aussi vendue pour de la pierre de soleil, il s’agit en réalité de verre mélangé à des paillettes de cuivre. Très joli mais pas très authentique. On retrouve ce stratagème avec différentes couleurs (parce que la teinture n’a pas de limites) :

L’opaline : Nous continuons avec une pierre de synthèse pouvant également être décelée avec un oeil lucide. Il s’agit de l’opaline, tantôt vendue comme étant de l’opale, tantôt comme étant de la pierre de lune. Dans les faits elle ne ressemble à aucune des deux pour qui aura déjà croisé ces variétés en version naturelle. Elle se caractérise par des reflets bleu et orangés uniformes et répartis sur l’ensemble de la pierre.

Les verres teintés et autres « obsidiennes » : L’obsidienne étant un verre naturel, son nom est souvent utilisé comme vitrine pour vendre des verres artificiels teintés. Ces produits sont là encore entièrement fabriqués par l’homme à partir de sable fondu. On les trouve également sous la douce appellation de « Cristal andara ». En voici quelques exemples :

Les Cristaux Andara : Arnaque majeure en lithothérapie

Concept marketing né aux Etats-Unis, les cristaux andara sont le discours le plus élaboré et développé afin de vendre du verre teinté à des tarifs élevés.

En savoir plus

Synthèses de laboratoire

La cristallogenèse est une discipline qui permet de reproduire en laboratoire et en accéléré, la formation naturelle des pierres. Les pierres ainsi obtenues peuvent dans certains cas être confondues avec des qualités sans défaut des pierres naturelles, sans en avoir l’âme pour autant. Des émeraudes, rubis, saphirs ou encore alexandrites de synthèse peuvent être ainsi fabriqués. Ces pierres restent toutefois peu présentes dans les boutiques de lithothérapie, étant réservées bien souvent au milieu de la joaillerie. On en trouve toutefois en vente sur e-bay ou dans les circuits touristiques à des prix très abordables par rapport au prix des pierres naturelles de même qualité.

Quartz sibérien : Le cas particulier de synthèse de laboratoire disponible sur le marché de la lithothérapie est celui des quartz hydrothermaux. Ils sont appréciés aux Etats-Unis, notamment pour la possibilité de produire des couleurs impossibles à l’état naturel. On croise ainsi du quartz « sibérien » bleu cobalt, vert, jaune vif, ou encore rose fushia. Là encore les consignes sont les mêmes : Transparence parfaite + couleur flashy + pris abordable = tous les doutes sont permis !

J’espère que ce petit tour d’horizon des pierres traitées et contrefaites vous permettra d’y voir plus clair dans vos achats. Et une fois de plus, si vous voyez des contrefaçons vendues en boutiques comme étant de la pierre naturelle, n’hésitez à en informer les vendeurs. Avec de la chance vous leur aurez appris un point important pour leur métier, et au pire vous aurez décelé un vendeur peu scrupuleux :).