Palais de Tokyo expo mars 2019

Palais de Tokyo expo mars 2019

Le Palais de Tokyo est un lieu plein de contrastes. Se côtoient le plus souvent des moments magiques et des incompréhensions.

3 thématiques affichées et une grande installation ont retenu mon attention dont une dont je peux vous dire que j’ai aimé!

Angelica Mesiti

J’ai aimé les installations sonores, le voyage sensorielle d’Angelica Mesiti. J’ai aimé sa démarche et son but. je n’ai pas fait de photos ni vidéos de ses vidéos, ce sont des moments à vivre ….. présentation galerie

Theaster Gates

Theaster Gates est un artiste protéiforme engagé, conservateur et urbaniste.

Palais de Tokyo Theaster Gates

Il est connu pour ses travaux sur l’art engagé dans le sud de Chicago, ses recherches et créations portent sur la théorie de l’espace et l’aménagement du territoire. Il utilise la sculpture, la peinture, la céramique, la vidéo, la performance et la musique, la pratique de Theaster Gates s’inspire et accompagne à la fois des projets ambitieux de rénovation urbaine par la création de centres et d’archives de la culture noire.

Gates dans un discours tenu lors de la réception d’un titre honorifique décérné par UAL (Université des Arts de Londres) explique ce que signifie être un artiste et l’importance de sa poursuite. « Je n’ai jamais été aussi confiant que d’être un artiste est l’une des plus grandes vocations du monde », a-t-il déclaré. « Vous avez la capacité de rêver et de vous battre, et ce monde a besoin de vous maintenant, plus que jamais.

L’exposition, première exposition personnelle dans un musée en France présente un projet conçu pour le Palais de Tokyo.

 » Il explore les histoires sociales des migrations et des relations interraciales en utilisant un épisode précis de l’histoire américaine pour aborder les questions plus vastes de l’asservissement des Noirs ainsi que de la domination sexuelle impériale et du mélange racial qui en a résulté.

Le point de départ de l’exposition est l’histoire de l’île de Malaga, dans l’État du Maine, aux États-Unis. En 1912, le gouverneur du Maine expulsait de Malaga la population la plus pauvre, une communauté mixte interraciale d’environ quarante-cinq personnes. »…. » l’exposition invite le public à pénétrer un récit non linéaire qui combine terre, lumière, texte, danse et musique : un hommage, un rappel et une question ouverte.  » extrait présentation Palais de Tokyo »

Julien Creuzet

 » Julien Creuzet est artiste plasticien, vidéaste, performeur et poète. À travers des environnements constitués d’ensembles composites, il explore différents héritages culturels en organisant des passerelles entre les imaginaires de l’ailleurs, les réalités sociales de l’ici et les histoires minoritaires oubliées. Associant différentes temporalités et géographies, préférant l’anachronisme et la collusion à la simplicité des récits consacrés, Julien Creuzet convoque les registres du vivant et du technologique, de l’histoire et du mythe, du poétique et du politique pour déployer les histoires disparates de créatures hybrides et de zones marécageuses réinvesties et contrariées par les désirs de puissance et d’expansion de civilisations impérieuses.  » extrait présentation Palais de Tokyo

Franck Scurti

Franck Scurti expose  » More is less » une grande installation – réinterprétation du tableau  » le Christ Jaune  » de Paul Gauguin .

« More is Less ne portera aucun jugement de valeurs sur la perte du sens religieux au profit d’une culture de consommation, la multiplication des pains jusqu’à leur disparition par la reproduction technique suggérera plutôt que les modèles économiques construits sur la consommation de masse aboutissent immanquablement à l’appauvrissement collectif. » Extrait du site Palais de Tokyo

Franck Scurti est né en 1965 à Lyon. Il vit et travaille à Paris.

« Les oeuvres de Franck Scurti, souvent dérivées de notre univers quotidien et domestique mais aussi de l’espace urbain, font partie de ce qu’il appelle des « éléments déjà socialisés ». La réinterprétation consiste en des recompositions et en des décalages. Le spectateur plonge dans un monde connu mais soumis aux pas de côté de l’artiste, qu’il doit donc re-décoder. »
Extrait du site Palais de Tokyo