Le salon de Montrouge - lieu d'émergence de nouveaux talents fête ses 60 printemps

Le salon de Montrouge – lieu d’émergence de nouveaux talents fête ses 60 printemps

Le salon de Montrouge 2015 – une très belle année, un grand crû!

J’ai beaucoup aimé le choix des artistes de cette année, la cohérence qu’il s’en dégage, le bon équilibre entre tous les médias présentés; beaucoup de vidéos, des mixtes médias au sein d’installations ou d’œuvres uniques,pas de vidéos longues. Le parcours est très agréable, on déambule et on  découvre au détour des « allées », les oeuvres .

Les lauréats

Le salon décerne 3 prix .

Le 1 er prix – ex aequo du salon est allé à Marion Bataillard, peintre et Boel Willem, plasticien . J’uliserai les mots  « figuratif contemporain » pour parler des peintures de Marion Bataillard, cela  montre que le jury  l’a choisi sur sa « pâte d’artiste » et sa sensibilité à décrire le quotidien. L’oeuvre de Willem Boel est une machine –  » la bétonneuse », engin transformé.

Le prix du jury a été décerné à  Lambert Arthur.

Le prix du  Conseil départemental des Hauts-de-Seine a été attribué à Malingrëy François  dont la peinture est d’une » inquiétante étrangeté  » – terme employé par Arnaud Labelle-Rojoux, membre du Collège Critique du 60e Salon de Montrouge, 2015

Les lauréats 2015 bénéficient chacun de 1000 euros ainsi que d’une exposition au Palais de Tokyo, programmée à l’automne. Ils participeront également à une exposition « Biennale Jeune Création Européenne » , exposition itinérante à travers 9 pays.

Un 4èm prix , doté de 5000 euros,  celui de  l’ADAGP  est décerné, il a été attribué à Dunkan Kenny. J’ai beaucoup apprécié son installation mêlant vidéo, mouvement, eau et végétation.

Le jury

Parfois, on s’interroge sur les choix, les sélections. Alors voici des précisions sur le jury hautement « qualifié » du salon de Montrouge.

Le Jury qui les a choisis était présidé cette année par le réalisateur Olivier Assayas, et composé de Jean-Michel Alberola (Invité d’honneur), Pierre Cornette de Saint Cyr (commissaire-priseur), Matali Crasset (designer et scénographe du Salon  de Montrouge), Stijn Huijts (Directeur du Bonnefantenmuseum, Maastricht), Stephan Kutniak (Directeur général adjoint des services en charge du pôle culture au Conseil départemental des Hauts-de-Seine), Jean de Loisy (Président du Palais de Tokyo), Romane Sarfati (Directrice générale de la Cité de la céramique) et Catherine Thieck (Directrice du Studiolo, Galerie  de France).

Si vous êtes artistes et voulez poser votre candidature – suivez ce lien

La petite histoire

Le salon de Montrouge a 60 ans cette année et pas une ride. Il a démarré en 1955 sous l’impulsion d’artistes de Montrouge qui souhaitaient exposer et c’est aujourd’hui une référence dans le  choix des artistes sélectionnés et dans l’émergence de nouveaux talents.

Cette année, il y avait plus de 3000 candidatures de tout horizon pour les 60 places. Les sélectionnés ont bénéficié d’un accompagnement durant les mois de préparation du Salon et ont pu proposer, au sein de la scénographie signée Matali Crasset, un module d’exposition personnel pour présenter leur travail.

L’invité d’honneur, Jean-Michel Alberola , fidèle et ancien lauréat du salon, il a installé non loin de la place une oeuvre monumentale sur la façade d’un immeuble « reprendre la conversation ».

De nombreux artistes sont passés par le salon de Montrouge. Pour certains Montrouge fut leur tremplin. C est le cas de l’artiste Julien Salaud qui aujourd’hui enchaîne les expositions. On peut également citer Carole Benzakem, Théo Mercier pour ces dernières années.

Par le passé Montrouge  a exposé ceux qui sont aujourd’hui reconnus comme des maîtres de la peinture; Pablo Picasso, Kiss Van Dongen, Salvador Dali, Pierre Bonnard, George Braque, George Rousse, Fernand Léger, Francis Picabia, Hervé di Rosa…

 

Quelques oeuvres repérées pour vous.

Une oeuvre m’a particulièrement séduite celle de Benedicte Vanderreydt– une installation usant de vidéo et vous immergeant dans une pièce intime pour vous délivrez le témoignages de 3 jeunes filles de 14 ans sur leurs aspirations dans la vie et ce qu’elle pensent de l’amour; 3 pays, 3 questionnements et leur mal être .

Beaucoup d’oeuvres questionnent et certaines amusent. Sans les aimez ni les appréciez toutes, je n’en ai pas trouvé une qui n’ait sa place ici .

Voici les œuvres qui m’ont interpellées par leur sujet évocateur voir provocateur.

Benedicte Vanderreydt

Benedicte Vanderreydt

Benedicte Vanderreydt

Benedicte Vanderreydt

Benedicte Vanderreydt

Benedicte Vanderreydt

Julien Levesque

Julien Levesque

Jerome-Cavaliere

Jerome-Cavaliere , transforme les propos des gens et crée d’autres histoires

Randa Maroufi

Randa Maroufi , entre France et Maroc

 

Agata Rybarczyk

Agata Rybarczyk interroge l’intime dans son « Talk show »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et voici d’autres  œuvres capturées   …………à découvrir.

Kenny-Dunkan-2

Kenny-Dunkan-2

 

Jean-de-Sagazan

Jean-de-Sagazan

Nieto

Nieto

pascal-couchot

Philip Marazovic

Philip Marazovic

 

willem-Boel

willem-Boel

 

Alberola--la-construction-d'une-pensée

Alberola–la-construction-d’une-pensée

ne manquez pas l'ascenceur!