Le ticket poète par Chrismali

Le ticket , c’est le medium qui donne a Chrismali sa grande liberté et lui permet de laisser libre cours à l’imagination, aux envies et expérimentations.

le ticket poète

Le ticket raconte

Un ticket
Deux tickets, trois tickets,
une histoire de tickets.

Un ticket,
deux tickets, trois tickets,
c’est un jeu, un puzzle de vie

Un ticket,
deux tickets trois tickets,
avec des signes inventer l’écriture universelle,
conter le  bonheur.

Un ticket,
deux tickets, trois tickets
pour s’égarer, se fondre dans la foule
jusqu’à disparaître.

Un ticket,
deux tickets, trois tickets
pour voyager sans bouger,
par les yeux, par le cœur, plonger dans mille contrées.
 
Un ticket,
deux tickets, trois tickets
c’est la liberté que donne la grande mixité .
                              

Chrismali

Dans ce texte, Chrismali annonce ses grandes thématiques – jeu, puzzle de vie, écritures, amour, folie, pertes de repères, mondes multiples. nature.

Pêle-mêle de quelques oeuvres sur tickets depuis 9 ans

En 2018, la 1ere grande exposition avec des tickets de métro sur le thème de l’enchevêtrement a valu à Chrismali le « prix special du Jury » –

Exposition avec le Cercle des Atistes de Paris au Parc Floral; Sculpture en ticket, tableaux et textes poétiques – le ticket joue le thème de l’enchevêtrement entre l’ homme et la nature

Chrismali–Hommes-,-nature-enchevêtrés- Expo du Cercle des Artistes de Paris 2018

Quelques textes accompagnaient les oeuvres dont celui-ci sur le ticket de métro

Le ticket – version 2018

Mais où est il?
Je l’ai vu, l’ai perdu.
Il a disparu
dans la machine,
dans ma poche,
dans le tableau là devant vous.
Avec un ticket, je pars,
je compose des histoires
qui parlent d’hommes et de nature

Chrismali

En 6 ans , que de changements voici la version « Le ticket – 2024 »

Ou est-il?
Il a disparu.
Trop papier, il s’est transformé
Ticket poète,
il est devenu ticket pucé.
Plus de mots doux transportés, liste de couses insatiables,
plus de marque page, ni de souvenir parisien.
Le ticket devient rare.
L’ artiste s’en empare, il devient art.
En miniature ou en multiple, sans limite de temps,
pour le plaisir uniquement,
le grand dépaysement,
le voyage continue.

Chrismali
Ticket poète, le ticket raconte ar le ticket, Chrismali aborde nombreux champs de création dessins , sculptures, gravures, mini livres,poésie et thématiques au fil du temps

Et bientôt, dans le cadre du Printemps des Poètes, Chrismali exposera ses mini- livres avec et sans tickets de métro, à la galerie « Couleur du jour » avec la « Bibliothèque Vagabonde »

Le ticket s’efface, reste sa trace

Une exposition présentée par Chrismali et Sigrine Genest à la Mairie du 20 ièm du 24/1/24 au 10/2/24

L’exposition

Le ticket de métro disparaît. Pour autant, il reste un objet de mémoire et un symbole de la vie de Paris . Sigrine Genest et Chrismali, deux artistes dont la collaboration s’est développée au sein des Artistes de Ménilmontant travaillent sur le ticket de métro et vous proposent l’ exposition  » le ticket s’éfface, reste sa trace ».

Quatre volets sont abordés; Rébus de vie, usure, perte de repères, effacement.

Rébus de vie

Le ticket conte la vie sous forme de rébus ; amalgames de personnages, végétations, paysages, écritures. Les dessins et peintures sont traités de manière graphique, figurative, stylisée, abstraite. Ils abordent les sujets de l’accumulation de l’écriture, du rythme, des foules. (Chrismali)

Usure

L’histoire du ticket est évoquée à partir des couleurs adoptées au fil du temps. Le croisement de ces couleurs produit par superposition, un nuancier. Vient ensuite la notion d’appropriation du ticket. Un même ticket est plié, trituré et imprimé jusqu’à disparition. (Sigrine Genest)

Perte de repères

Face à la disparition prochaine du ticket, les repères se perdent. Où est il ? Sur une carte, un téléphone, ou petit carton de 3×7 cm dans une poche. Le ticket présenté devient carré, plus grand, plus petit, il s’obscurcit. Reste son rythme qui persiste en traces d’écritures, de couleurs plus ou moins visibles. (Chrismali)

Effacement

Le dernier volet traite de la disparition du ticket et de la trace qu’il laisse, tant il aura marqué plus d’un siècle de vie parisienne. Le ticket, déchiqueté ou jeté au sol, laisse son empreinte. Il ne disparait jamais complètement des mémoires. (Sigrine Genest)

Le travail des 2 artistes

Les deux artistes travaillent sur des principes graphiques d’accumulation, d’effacement, de transformation.

Chrismali – le ticket s’efface, reste sa trace
Sigrine Genest -le ticket s’efface, reste sa trace

Elles manipulent les tickets de métro, les recouvrent,  graffitent, impriment…

Chrismali et Sigrine Genest ont 2 approches opposées et complémentaires.

L’une travaille directement sur le ticket, le « graffitie », le colorise (Chrismali), l’autre utilise des empreintes de ticket et des formes créées représentant le ticket (Sigrine Genest).

Chrismali emplit le ticket de signes et couleurs jusqu’à le faire disparaitre tandis que Sigrine Genest élimine progressivement toute couleur.

Chrismali  transforme le ticket carton en œuvre d’art miniature, en le multipliant, il devient  tableaux, volumes, installations, livres. le ticket de métro est l’un de ses medias depuis 9 ans. Pour en savoir plus .

Le travail de Sigrine Genest sur l’éffacement du ticket s’inscrit dans une démarche initiée par l’atelier Vicky Fischer au Ateliers Beaux-Arts de la Villede Paris (ABA). Elle présente ici les séries développées.

Chrismali, plasticienne, prélève dans la nature et le quotidien des petits bouts avec lesquels elle compose pour conter des histoires. Elle aborde de nombreux champs plastiques sans limites (sculptures techniques mixtes, taille directe, dessins, peintures, gravure). Elle mélange tout: «La mixité, c’est la vie».Le ticket de métro compose, se mêle à nombreuses de ses créations.

Pour voir plus de création tickets -voir la page Chrismali dédiée

Pour la poésie libre – le ticket poète- de Chrismali sur le ticket c’est ici

Sigrine Genest, diplomée ENSAD spécialité gravure et dessinatrice, utilise le dessin et la grande diversité des techniques de l’estampe pour construire des séries d’images puisant dans le répertoire des lieux communs contemporains. Son intervention sur le ticket de métro n’est qu’un volet de son travail. Pour en savoir plus .

MAIRIE DU 20 – Horaires et accès à l’exposition

Mairie du 20 , 6 Place Gambetta 75020

Du mercredi 24 janvier au samedi 10 février
📍 Salon d’honneur, mairie du 20e, 6 place Gambetta
🕒 Du lundi au vendredi : 8h30 à 17h, le jeudi de 12h à 19h30 et le samedi de 9h à 12h30

Chrismali sera présente les après-midi de 15h30 à 17h et le jeudi 1er février jusqu’à 19h30.

Site de la Mairie de Paris avec présentation de l’exposition

Une petite visite! Venez, je vous emmène

Un grand merci à la Mairie du 20èm de nous accueillir au sein de son très beau salon d’honneur.

Merci également au journal « l’Officiel des Spectacles » pour la diffusion de notre exposition

Bonjour 2024

L’année 2024 démarre et je souhaite à toutes et tous le meilleur des possibles —sans gros tracas!

Pour Chrismali, l’année commence de facon dynamique

Mairie du 20èm. » Le ticket s’éfface, reste sa trace »- Exposition en duo

Une vingtaine de dessins de Chrismali sont présentés – sur les thèmes

  • Des rébus de vie. Des tickets qui content la vie et présentent des personnages, paysages, signes et symboles traités de manière graphique , stylisée, figurative, abstraite. Les sujets de l’accumulation, des foules, des écritures et des rythmes sont abordés.
  • Perte de repères. Face à la disparition prochaine du ticket, les repères se perdent. Sa forme, son format change, Chrismali l’obscursit. Il subsiste rythme et signes colorés.

Au coté de Chrismali, Sigrine Genest propose une toute autre interprétation en partant de tickets créés par la technique de l’estampe.

Elle aborde les thèmes de l’usure du ticket avec les marques du temps sur celui-ci et de son effacement avec la disparition progressive du ticket selon un process d’impressions itératives .

Le vernissage a lieu le mercredi 24/1/2024 entre 17h30 et 19h30.Nous serons ravis de vous accueillir .


L’exposition se tient dans le salon d’honneur de la Mairie du 20 ièm, place Gambetta, 75020 Paris.

Expo Ticket

Salon Art et Liberté de Charenton (94).

Ce très beau salon présente dans la coupole de l’espace Art et Liberté, un beau pannel de l’art contemporain actuel. Chrismali y particpe de puis quelques années toujours avec grand plaisir.

Cette année, 3 sculptures en pierre en  » opale du Zimbabwe », jamais encore exposées seront exposées. Un famille de 3  » pas finis ‘, la mère et ses enfants.

Sculptures « Les Pas Finis – Mère, fille et fils – Taille directe – opale du Zimbabwé – 32*16*10//18*18*10//20*18*12

Au plaisir de vous retrouver à la Mairie du 20ièm le mercredi 24 janvier 2024.

¨Pour d’autre dates, merci de me contacter mcl@chrismali.com

Rothko, fondation Louis Vuitton

La fondation Louis Vuitton présente une grande rétrospective du  peintre Mark Rothko  qui réunit 115 œuvres provenant des plus grandes collections institutionnelles, notamment de la National Gallery of Art de Washington, de la Tate de Londres et de la Phillips Collection de Washington, et de collections privées internationales dont celle de la famille de l’artiste.

Elle retrace l’ensemble de la carrière de l’artiste depuis ses premières peintures figuratives jusqu’à l’abstraction qui définit aujourd’hui son œuvre. 

L’homme, l’artiste Mark Rothko

Mark Rothko , peintre américain (1903-1970), un homme taiseux qui ne souriait pas (disait Louis Bourgeois), un intellectuel, passionné par la peinture et voulant se hisser au niveau des grands peintres classiques.  Il refusait la mention  » décorative  » que certains prêtait à sa peinture. Il est allé jusqu’à ne pas honorer une grande commande pour le Building  Seagram refusant le cadre « commercial  » dans lesquels ses peintures déjà réalisées allaient être exposées au public.

Grand esthète de la peinture, il a laissé des consignes pour l’appréciation optimale de ses toiles – accrochées pas trop hautes et devant être regardées de prés afin que le regardeur puisse y pénétrer .

« Je suis devenu peintre car je voulais élever la peinture au même degré d’intensité que la musique et la poésie. »

Christopher Rothko, son fils dit de lui  que son ambition première était de transmettre son expérience intime de la condition humaine.

L’exposition

Elle commence par des scènes intimistes et des paysages urbains – telles les scènes du métro new-yorkais, évolue  vers un répertoire inspiré des mythes antiques et du surréalisme.

Au début des années 40, Rothko, jeune artiste de trente-sept ans qui peine à vivre de sa peinture,  confronté aux limites de la figuration, éprouvé par le silence, voire l’hostilité, que rencontre son travail, décide d’arrêter de peindre et se met à écrire. « La Réalité de l’artiste », un manuscrit retrouvé en 1988 et édité en 2004 par son fils; réflexion sur les principaux courants artistiques de la Renaissance au surréalisme, ce livre parle également de la condition de l’artiste et de ses rapports difficiles avec le marché de l’art.

À partir de 1946, après la guerre, Rothko opère un tournant décisif vers l’abstraction dont la première phase est celle des Multiformes, où des masses chromatiques en suspension tendent à s’équilibrer. Progressivement, leur nombre diminue et l’organisation spatiale de sa peinture évolue rapidement vers ses œuvres dites « classiques » ,  superposition de formes rectangulaires suivant un rythme binaire ou ternaire, caractérisées par des tons jaunes, rouges, ocre, orange, mais aussi bleus, blancs… 

Rothko cherche à donner au regardeur dans ses peintures un espace  de méditation. Sa technique picturale propre donne des transparences, des couleurs variant avec la lumière propices à la contemplation de l’œuvre et sa pénétration. Des études récentes de ses toiles on montré que certaines étaient composées d’une trentaine de couches de lavis et qu’il avait développé une technique fondée sur la combinaison de la peinture à tempéra et de l’acrylique, il utilisait également l’huile et l’acrylique

L’exposition se termine avec la présentation de la série des Black and Grey de 1969-1970 aux côtés des grandes figures d’Alberto Giacometti, créant un environnement proche de ce que Rothko avait imaginé pour répondre à une commande de l’UNESCO restée sans lendemain.

Article éclairant sur Rothko et l’exposition https://thegazeofaparisienne.com/2023/11/15/mark-rothko1903-1970/

Site de la fondation https://www.fondationlouisvuitton.fr/fr/evenements/mark-rothko

Rothko

Message Chrismali

La fin d’année approchant , je souhaite à toutes et tous de bonnes fêtes de fin d’années.

J’ai également la joie de vous annoncer que des oeuvres de Chrismali réalisées à partir de tickets de métro seront exposées au salon d’Honneur de la Marie du 20èm arrondissement, du 24 janvier au 10 février en duo avec l’artiste Sigrine Genest.

«  Le ticket s’éfface , reste sa trace. » Au plaisir de vous retrouver en 2024

Vernissage – un mois après Noel, le 25 janvier!

Rétrospective Mark Rothko à la Fondation Louis Vuitton.L'homme, l'artiste et l'exposition.
Chrismali – Mairie du 20 em Paris

Pierres , taille directe, expo Chrismali

Tout d’abord , merci.

Merci pour votre enthousiasthme votre soutien. Lorsque l’on présente un tout nouveau travail, le regard et l’échange avec les autres sont importants et j’apprécie nos rencontres.

Cela fait maintenant 4 ans que je me suis lancée dans la pratique de la taille directe, la sculpture sur pierre.

Taille directe

C’est un peu par hasard que j’y suis arrivée, je souhaitais travailler avec le bois flotté, un matériau que l’on rencontre souvent abandonné sur les plages et je suis allée dans un atelier de taille directe dont les membres faisaient de la pierre. Sans trouver cela facile, cela demande temps, techniques et efforts, je me suis surprise à suivre des courbes, trouver le mouvement. La thématique des « Pas finis » – mes êtres en évolution, ces « éphémères » par rapport à l’échelle du temps et à la certitude de la finitude humaine se sont vite imposés et une petite série est née, jamais encore exposée,

Mon besoin d’exploration et de mélange m’a conduit vers d’autres champs d’application; mélange de pierre, puis mélange de fer et et de pierre puis bois, pierre, bronze et sur des pièces plus petites céramiques, bois, métal, bijoux… mix media..

Les pierres travaillées manuellement sont des serpentines, albâtres, tuff, calcaires et opales (pierres métamorphiques du Zimbabwé).

Exposition Liens avec les AAB- Espace Commines – Marais -Paris

Prochainement, avec les Artistes à la Bastille, j’exposerai mes 2 dernères réalisations « pierre sur le thème » « Liens »*

* thème qui est le mien depuis 15 ans – j’ai démarré ma seconde vie « professionnelle » avec les chrismaliens- des bijoux de fils et d’argent, des liens fragiles et éphémères qu’il nous faut entretenir…). Aujourd’hui les bijoux sont accessoires et services.

Je présente 2 sculptures  » scénettes » en rapport avec les liens qui unissent tout le vivant – la terre, l’air et l’eau.

La 1ère petite installation est un arbre ( bois, fer et albâtre) accompagné de tous petits personnages  » les pas finis » et d’un grand personnage – relié, connecté, soutenu, dépendant de la terre, l’air et l’eau.

La seconde installation représente « mère nature » à la fois grotte où l’on se réfugie et où l’on puise ses resources et corps que l’on tente de dominer et d’exploiter, Mère nature est accompagnée de ses petits êtres pas finis dépendants qui ‘sy abrite et la dévore.

Espace Commines du 30/11 au 3/12 , 17 rue Commines 75003 Paris

Vernissage le jeudi 30 à partir de 18h30, ouverture jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 14hà 20h.

Je serais présente tous les jours et serais tavie de vous accueilir. Si vous le pouvez, prévenezmoi de votre visite. mcl@chrismali.com – sms 06 23 58 01 26

Vivants éphémères
Bienvenue sur la planète Terre
 
Enracinés, nourris, soutenus,
Sur terre, sous terre
Dans les mers, dans les airs.
 
Chantal, Rémy, pâquerette, crevette, gazelle
Moustique, papillon, herbes folles,
Dauphin, platane, cerisier, cassissier,
Pour tout le vivant
Même terre, même air, même eau
 
Tout est lié, tout est lien

Chrismali

Complétant les sculptures, j’exposerai 2 gravures en rapport avec la thématique de l’eau , la mer et de toutes ses vies inconnue.

Nouvelles du ticket

Mon travail avec les tickets de métro continue. Peut-être une belle exposition prochainemement.. Je vous tendrais au courant.

La période des cadeaux approchant, j’ai de nombreux mini tableaux – le tableau ticket unique ou petits cadres format 20-*20 facilement expédiables, à des tarifs cadeaux; 15 euros hors transport pour les touts petits et entre 35 et 50 pour les formats carrés 20*20. Ne prenant pas toujours le temps de poster sur ma boutique l’ensemble de mes créations, n’hésitez pas à me contacter, par mail mcl@chrismali.com ou par sms 06 23 58 01 26. Voici le site où vous pouvez voir les mini tableaux.

Site mavillemonshopping – boutique chrismali

Dessins au noir et gravures sur Tickets de métro

Un été sans nouvelles! Pourtant créations, rencontres artistiqes sont toujours au rendez -vous.

Cet été a rimé avec famille, mer, famille, Paris, mer, amis, entrecoupés de moments créations volés aux siestes et temps calmes…

Le Ticket de métro Paris-grand Paris, ce petit papier cartonné – si facile à emporter, encore présent, avec lequel, je n’ai pas encore épuisé toutes mes investigations permet encore de nouvelles interprétations.

Dessins au noir

J’ai démarré depuis début 2023 une nouvelle approche, un travail au noir sur tickets de métro. à l’encre de chine et pastels gras avec une création intuististe au départ pour devenir un jeu de composition par la suite – sans recherche de sens – par un appel des lignes et couleurs.

Le ticket de métro est le plus souvent dissimulé en parti , il ne subsiste que quelques blancs, taches de couleurs, ombres plus marquées – qui créent un rythme sur le papier. Le ticket de métro est transformé, il change de taille, devient carré, très fins. Les repères sont bousculés.

A vous de voir!

Et pour le côté  » Recycl’art – Re -use – Recyclage – – Rien ne se perd! Faire avec ce que l’on a!

Parfois , on garde de jolies petites choses – ici une jolie boite métal du chocolatier – sculpteur Patrick Roger. Elle sert d »écrin à 4 mini tableaux – dessin au noir ! Voici une idée – pour une jolie boite – en faire un cadre.

Gravures sur tickets de métro

Des recherches en cours qui peinent à aboutir. Cependant les nouvelle créations ouvrent des portes et je les pousse.

1ère tentatives dès 2019 avec des collages puis au 1er trimestre 2023 avec des plaques cuivres et sous-presse .

J’ai mené des expériences estivales avec une machine à pâtes en ayant l’idée de travailler le petit, graver le ticket de métro – 1 ticket – 1 gravure. Ce fut un rendu plutôt moyen avec cependant des prespectives intéressantes. Lors du retour à l’atelier en septembre – nouveaux tirages – concluants et nouvelles idées de présentation – composition. C’est ainsi qu’est né un tableau composé de 16 tableaux – un ensemble de mini tickets gravés- monotypes -encadrés donnant la possibilté de les manipuler et présenter différemment.

Voici le lien vers la page Gravures de Chrismali

Gravures – au musée Soulages

Passionnée de gravures j’ai visité le musée Soulages de Rodez, j’ai retrouvé ses grands tableaux outrenoirs et découvert ses magnifiques grandes gravures moins connues accompagnées de leurs plaques, les matrices…. des oeuvres qui m’ont touchées.

Pour vous quelques images .

Les dessins au noir et gravures sur tickets de Chrismali seront présentés aux Portes ouvertes des ateliers de Montreuil les 13, 14 et 15 octobre 2023 à l’atelier Darras 67 rue de Paris. Françoise Darras – « la dame de fer », sculptrice animalièreJacash – artiste peintre – Vernissage le samedi 14 à partir de 18h avec Grand P’tit Louis au chant et guitare. Horaires des Portes ouvetes de l’atelier – vendredi 14h-19h, samedi 1h-22h, dimanche 11h-19h.

A bientôt à Montreuil, 13, 14 et 15 octobre -67 rue de Paris – ou au plaisir de vous lire – vous entendre 06 23 58 01 26 …

Chrismali

Signal – l’inéluctable disparition

Je vais vous conter l’histoire du « Signal », ce bâtiment, double barres de béton, emblématique d’une époque et de l’érosion côtière. Signal, ce paquebot posé sur la plage initialement à 200 mètres de la mer a aujourd’hui disparu.

Il était situé à la pointe du Médoc proche de l’estuaire de la Gironde à Soulac-Sur- Mer, une région, un lieu qui me tiennent à cœur..

Commençant par le projet artistique, cet article vous parlera également de son histoire et de celle  de sa région, la pointe du Médoc.

Signal – un batiment, un lieu, une histoire inspirante

A partir de gravures et techniques mixtes, j’ai réalisé des monotypes montrant le « Signal » face aux éléments; sable, mer et vent.

Le « Signal » atteste de ce que je ne sais nommer,  oscillant  entre de nombreux maux: Refus de mémoire, folie, inconscience collective, cupidité,  absence de plan prospectif à long terme de notre société et en corollaire des  politiques à court terme, à moins que ce ne soit une confiance totale en l’homme et les progrès qu’il a été capable d’engendrer et qu’il devrait être en mesure de réitérer. A chacun son interprétation.

Un  première série  d’estampes uniques a été faite à partir de la même plaque de cuivre avec la technique de la photogravure et travaillées ensuite différemment pour obtenir des atmosphères et situations particulières mettant en scène le « Signal « fièrement dressé sur la plage et côtoyant la mer avant et  pendant la tempête;  « orage annoncé »,  « l’emprise du temps »,  « disparition, apparition », « inéluctable », « Inconscience collective », « méduses, médusée…je m’amuse avec vous », « le temps gagne toujours ».

Certaines pièces jouent avec un collage de sérigraphies de méduses réalisées à Soulac avec Catherine Volk comme guide pour mes premières sérigraphies, d’autres comportent collage et gravure d’une autre plaque.

Neuf monotypes de la série  » Signal – orage annoncé » sont  présentés  à l’exposition du Cercle des Artistes de Paris – du 6 Mai au 29 Mai au Parc Floral de Paris.

D’autre séries verront  le jour – Signal tremblements, disparition – Grignotage du Signal – Signal, balcon abandonné sur la mer

La page gravures du site – chapitre Signal sera actualisé des différentes séries et créations.

Chrismali

Signal, vie et disparition

L’âge d’or

Il était une fois, une époque florissante, c’était l’après guerre, la croissance était au beau fixe.

Le futur était plein de promesses. Avec la 4èm semaine de congés payés en 1963, les vacances à la mer passent du rêve à la réalité pour nombreux, le tourisme de masse est en marche .

C’est dans ce contexte qu’est né le projet ambitieux pour l’époque d’installer sur la Côte aquitaine à la pointe du Médoc dans une petite ville d’environ  2000 habitants, Soulac-sur-Mer, un ensemble d’immeubles constitué de 14 bâtiments de 40 mètres de long et 4 étages à 200 mètres du trait de côte, la limite entre terre et mer.

Ce projet qui n’aurait pas du voir le jour compte-tenu de sa situation dans une zone à risque historiquement connue *- était sans nul doute voué à l’échec puisque le promoteur immobilier a fait fait faillite, seule la partie ( 2 bâtiments sur 14 ) déjà lancé du projet  du projet à été construite.

Le prospectus commercial de l’époque  ventait sa situation  » un balcon sur la mer », « merveilleusement sur la plage », « pour vos vieux jours ».

C’est ainsi qu’est né le Signal, il  porte bien son nom ! Il est le rappel de l’ambition et de la folie des hommes.  Il est un signal parmi tant d’autre de l’érosion côtière, de notre époque  » l’ anthropocène »,  de l’inéluctable de la terre et de l’univers.

La fin du Signal

Lors de la tempête Xynthia du 28/02/2010, le trait de côte s’est rapproché, il n’ était plus qu’à  10 mètres.  C’est le début de la fin pour le Signal. Entre 2010 et 2013 , la ville apporte du sable et tente de contrer l’avancement de la mer…

En janvier 2014,  après moultes tempêtes hivernales, la préfecture prend  un arrêté de péril et fait évacuer l’immeuble qui est  menacé par l’érosion côtière.

Principalement – immeubles de vacances, il semblerait que l’immeuble ait été vidé de ses habitants comme pour une évacuation forcée, sur un coup de semonce. Les habitants n’emportant rien, y laissant leurs affaires, leur traces de vie, leurs souvenirs. Pour retrouver une partie de l’ambiance du lieu , je vous propose le livre de Sophie Poirier  » le Signal ».

Après  une période de batailles juridiques pour déterminer les payeurs de la » « catastrophe »; indemnisation des propriétaires expulsés, frais de dépollution, de désamiantage et de destruction, puis au terme du temps nécessaire pour  faire exécuter les travaux préliminaires à la destruction, la fin du Signal est arrivé.

En février 2023, des bulldozers sont partis à l’attaque du Signal et à force de coups répétés,  par petits bouts, ils ont dépecé cette carcasse vide de béton violentée qui subsistait sur la plage.

Le re végétalisation de la zone devrait avoir lieu à l’automne 2023, la nature reprenant sa place face  au béton

La pointe du Médoc, une zone mouvante

La pointe du Médoc était une presqu’ile. Le site du phare de Cordouan était une ile. Soulac était situé sur l’estuaire. Des écrits anciens  attestent qu’en  580,  un cataclysme par effondrement du sol  à emporté dans la mer  villes et bourgades avoisinantes.

Dès le 7ième siècle, des dunes mouvantes recouvrent les terres du littoral et entrainent la désertification. 

Au 14 ième siècle, de violentes poussées de sable et la montée des  eaux obligent à des travaux d’exhaussement du sol de la basilique Notre Dame de la Fin des Terres de Soulac.

Au 16 ième siècle, les sables envahissent forêts et terres alentours.

Au 17 ième siècle, parallèlement à la désertification coté océan, sont décidés des travaux d’assèchement des marais girondins. Ce sont des ingénieurs hollandais qui viennent travailler sur la zone des marais et créent des polders.  Digues, fosses et chenaux  sont toujours en place aujourd’hui.

En 1741, face à l’invasion du sable, les habitants de Soulac-les-bains quittent leur ville et crée Soulac le Jeune .

Entre 1780 et 1810 , la Pointe de Grave recule de 1400 mètres

Vers 1830 la navigation devenant dangereuse dans l’estuaire, Le Verdon, petite ville de la pointe situé à 10 km au Nord, menaçant de devenir une île, des travaux  sont décidés; épis de bois et branchages.

En 1879, l’érosion est telle que le maire de Soulac, Charles Cellerier , alerte sur les dangers de la montée de la mer pour contrer l’ensablement inévitable . Le but est de  sauver Soulac, les terres arables des plaines du Bas-Médoc  et de  permettre la continuation de la navigation sur la Gironde  jusqu’à Bordeaux.

 Depuis cette période, la Pointe du Médoc a été le siège de nombreux travaux pour contrer la montée des eaux et les tempêtes . De nombreux ouvrages ont été mis en place; digues, épis, jetées, brise-mer,  casiers avec enrochement, revêtements divers.

Force est de constater, « Signal » à l’appui, l’impuissance des hommes face aux éléments.

Pour en savoir plus sur le sujet de la montée des eaux et de  l’érosion des côtes – un livre mêlant sciences et  humour  » Hé la mer monte- Chronique d’une vague annoncée » – de Eric Chaumillon , Mathieu Duméry et Guillaume Bouzard.

Une partie des informations sur Soulac et l’érosion marine vienne du livre « Erosion marine » – de Jean-Paul Lescorce – Il a également écrit plusieurs ouvrages sur la vie soulacaise et la forteresse des Arros.

Actualités Chrismali Mars

Féminin Pluriel – exposition collective Saint Maur 94

Exposition « Féminin Pluriel » aux Ateliers d’Arts de Saint Maur des Fossés

Une quinzaine d’artistes pour ce rendez-vous annuel. Cette année c’est « raconte moi une histoire ». Chrismali vous contera celle de « Jadis »

Le propos est de partir de trésors anciens, les mélanger à ce qu’on peut trouver – du tout et du rien, en sortir des histoires , personnages qui évoquent la vie d’aujourd’hui – au programme ticket de métro tableaux, sculptures, gravures et gravures et tickets de métro…

Du 6 au 19 mars 2023
De 14h à 18h du lundi au dimanche
5ter Avenue du Bac, 94210 La Varenne


Vernissage le lundi 6 mars 2023 à 18h30
Finissage le samedi 18 mars à partir de 19h avec un spectacle de danse par Fabienne HAUSTANT de Danse Les Yeux Fermés à partir de 20h
Une tombola sera proposée lors du vernissage le 6 mars, résultats lors du finissage le 18 mars à 19h

A bientôt vous pourrez m’y retrouver le lundi 6 mars à partir de 18h pour le vernissage – le mercredi 15 mars de 14h à 18h et le samedi 18 mars pour le finissage à partir de 18h , le spectacle de danse ayant lieu à 20h – et sur rendez-vous , n’hésitez pas à me contacter.

Aliz’Art – exposition collective Alfortville 94

Cette année est une année particulière pour Aliz’Art.

Une des membre fondatrice Marie ARRIARAN s’en est allée et nous lui rendrons hommage avec cette exposition. Une trentaine de ces tableaux seront présentée, Marie aimait la spontanéité et célébrait la joie, Ces tableaux lui ressemblent.

Chrismali exposera des gravures sur le thème aquatique -profondeurs inconnues – profondeurs rêvées ainsi qu’une série de sculptures.

Le vernissage aura lieu le samedi 25 mars à partir de 18h30

Gravure et tickets de métro

Cela fait maintenant 3 ans que je pratique la gravure et l’impression qui en découle.

J’y trouve une source de joie et de créativité immense. J’espère pouvoir vous la faire partagée.

Ne renonçant pas aux tickets de métro que j’ai un temps délaissés, j ai trouvé de nouvelles pistes. L’une concenne le lien entre gravure et tickets de métro – soit par impression sur ticket de métro, soit en utilisant des plancges de tickets de métro collés et travaillés pour obtenir des reliefs à interpréter.

Quelques exemples seront présentés dans les 2 expositions cités ci-avant et prochainement une page spécifique dédiée sur ce blog sera créée.

En avant première – voici quelques exemples de ponts établis entre tickets de métro et gravures.