Gilbert Peyre -l'electromécanomanique - les mécaniques joueuses et poétiques

Gilbert Peyre -l’electromécanomanique – les mécaniques joueuses et poétiques

L’exposition de Gilbert Peyre à  la Halle Saint Pierre est une immersion dans son univers artistique,  créatif, ludique, poétique ….. un monde de mécaniques joueuses et poétiques.

Une expo pour petits et grands enfants, bricoleurs inventifs et amateurs d’art en tout genre…

Voici une présentation du monde de Gilbert Peyre qui je l’espère vous donnera envie d’en savoir plus encore.

Aujourd’hui reconnu artiste plasticien, il est proche des hommes du cirque.   Il a longtemps eu la casquette de génial bricoleur. Autodidacte, il a cherché des solutions pour animer son monde, le rendre drôle, animé, poétique, musical, racontant des histoires… Il s’est ainsi formé à de multiples techniques, cap de soudeur en poche, il s’est formé à l’électricité, la mécanique, l’informatique…

Gilbert Peyre se définit comme un électromécanomaniaque. « Maniaque, parce que, j’ai le souci du détail », explique t-il. Il réalise ses créatures et petits mondes dans son atelier d’Aubervilliers.

Il redonne vie à des objets délaissés, il crée des personnages animés fabriqués à partir de ferraille, de mécanique, de pneumatique et d’électronique. Gilbert Peyre fait danser jupe et pantalon sur un air de rock, invente un automate haltérophile, anime des animaux, des ours en peluche, nous invite a une dispute d’un couple qui jette la vaisselle…

Bio et Parcours

d’après ://culturebox.francetvinfo.fr/arts/sculpture/les-machines-extravagantes-de-gilbert-peyre-a-la-halle-saint-pierre

« Gilbert Peyre est né en 1947 dans les Alpes de Haute-Provence. Très vite, il préfère construire ses propres jouets. A 16 ans, il passe son CAP de serrurier. Métier qu’il n’exerce que 6 mois. A 22 ans, il est garçon de café à Paris et réalise ses premières sculptures figuratives.

À trente ans, il franchit une étape importante : il fabrique des jouets à roulettes à base de boites de conserve récupérées, qu’il vend aux puces de Clignancourt. À la fin des années 1970, il s’installe dans une petite boutique à Montmartre, où il présente d’étranges sculptures-jouets articulées. Le public commence à trouver à sa création une valeur artistique.

Dès 1987, ses sculptures animées sont montrées à la Halle Saint Pierre puis à la galerie Mostini et à la galerie Duval-Dunner. Dans les années 1980 et 1990, il participe à de nombreuses expositions collectives (Fiac, Fondation Cartier, Musée Bourdelle, Galeries Le Chanjour, Lara Vincy…). Au cours des années 1990, il s’initie à l’électromécanique. La technologie lui permet d’envisager des mises en scène ambitieuses. Au début des années 90, ses œuvres montent sur scène, dans des spectacles chorégraphiques qu’il intitule « sculpturOpéra ». Le cinéma fait également appelle à son génie. Ses automates sont les vedettes de « Micmacs à tire-larigot », un film de Jean-Pierre Jeunet sorti en 2009.  »

Video

Gilbert-Peyre.2

Gilbert-Peyre.3 Gilbert-Peyre Gilbert-Peyre.10 Gilbert-Peyre.8 Gilbert-Peyre.7 Gilbert-Peyre.6 Gilbert-Peyre.5 Gilbert-Peyre.4