Drawing now 2024 – Visions chamaniques

Drawing now cuvée 2024

L’exposition Drawing Now pour cette nouvelle edition, la 17 ème, a été un grand succès avec plus de 20 000 visiteurs au Carreau du Temple et une sélection soigneusement choisie de plus de 70 galeries. Drawing now est la première foire d’art contemporain en Europe exclusivement consacrée au dessin, elle réunit une sélection de galeries internationales et offre aux visiteurs un panorame riche et diversifié du dessin artistique contemporain.

Voici un aperçu de ce qui a retenu mon attention – travail photo avec collages, dessins, peintures – dessins avec texte et brin d’humour -dessins composés de manière puzzle- la video de Inci Eviner- dessins avec collage et multi matériaux…

J’aime ce salon qui permet de découvrir les tendances actuelles, de nouvelles galeries, et de nombreux artistes . Cesalon me conforte dans mes axes et recherches – le mélange y est bien présent !

Visions chamaniques au Quai Branly

L’exposition “Visions chamaniques” au musée du Quai Branly propose une plongée dans les pratiques chamaniques à travers le monde, explorant les rituels, les objets sacrés et les croyances qui façonnent ces traditions ancestrales. À travers une sélection d’artefacts uniques, d’œuvres d’art et de documents visuels, les visiteurs sont invités à découvrir la richesse et la diversité des rituels chamaniques, ainsi que leur rôle dans la connexion entre les humains, la nature et le monde spirituel. Cette exposition offre un regard enrichissant sur le chamanisme et son influence sur les sociétés du passé et du présent.

Jusqu’au 26/05/2024

Musée du quai Branly

Le ticket poète par Chrismali

Le ticket , c’est le medium qui donne a Chrismali sa grande liberté et lui permet de laisser libre cours à l’imagination, aux envies et expérimentations.

le ticket poète

Le ticket raconte

Un ticket
Deux tickets, trois tickets,
une histoire de tickets.

Un ticket,
deux tickets, trois tickets,
c’est un jeu, un puzzle de vie

Un ticket,
deux tickets trois tickets,
avec des signes inventer l’écriture universelle,
conter le  bonheur.

Un ticket,
deux tickets, trois tickets
pour s’égarer, se fondre dans la foule
jusqu’à disparaître.

Un ticket,
deux tickets, trois tickets
pour voyager sans bouger,
par les yeux, par le cœur, plonger dans mille contrées.
 
Un ticket,
deux tickets, trois tickets
c’est la liberté que donne la grande mixité .
                              

Chrismali

Dans ce texte, Chrismali annonce ses grandes thématiques – jeu, puzzle de vie, écritures, amour, folie, pertes de repères, mondes multiples. nature.

Pêle-mêle de quelques oeuvres sur tickets depuis 9 ans

En 2018, la 1ere grande exposition avec des tickets de métro sur le thème de l’enchevêtrement a valu à Chrismali le « prix special du Jury » –

Exposition avec le Cercle des Atistes de Paris au Parc Floral; Sculpture en ticket, tableaux et textes poétiques – le ticket joue le thème de l’enchevêtrement entre l’ homme et la nature

Chrismali–Hommes-,-nature-enchevêtrés- Expo du Cercle des Artistes de Paris 2018

Quelques textes accompagnaient les oeuvres dont celui-ci sur le ticket de métro

Le ticket – version 2018

Mais où est il?
Je l’ai vu, l’ai perdu.
Il a disparu
dans la machine,
dans ma poche,
dans le tableau là devant vous.
Avec un ticket, je pars,
je compose des histoires
qui parlent d’hommes et de nature

Chrismali

En 6 ans , que de changements voici la version « Le ticket – 2024 »

Ou est-il?
Il a disparu.
Trop papier, il s’est transformé
Ticket poète,
il est devenu ticket pucé.
Plus de mots doux transportés, liste de couses insatiables,
plus de marque page, ni de souvenir parisien.
Le ticket devient rare.
L’ artiste s’en empare, il devient art.
En miniature ou en multiple, sans limite de temps,
pour le plaisir uniquement,
le grand dépaysement,
le voyage continue.

Chrismali
Ticket poète, le ticket raconte ar le ticket, Chrismali aborde nombreux champs de création dessins , sculptures, gravures, mini livres,poésie et thématiques au fil du temps

Et bientôt, dans le cadre du Printemps des Poètes, Chrismali exposera ses mini- livres avec et sans tickets de métro, à la galerie « Couleur du jour » avec la « Bibliothèque Vagabonde »

Le ticket s’efface, reste sa trace

Une exposition présentée par Chrismali et Sigrine Genest à la Mairie du 20 ièm du 24/1/24 au 10/2/24

L’exposition

Le ticket de métro disparaît. Pour autant, il reste un objet de mémoire et un symbole de la vie de Paris . Sigrine Genest et Chrismali, deux artistes dont la collaboration s’est développée au sein des Artistes de Ménilmontant travaillent sur le ticket de métro et vous proposent l’ exposition  » le ticket s’éfface, reste sa trace ».

Quatre volets sont abordés; Rébus de vie, usure, perte de repères, effacement.

Rébus de vie

Le ticket conte la vie sous forme de rébus ; amalgames de personnages, végétations, paysages, écritures. Les dessins et peintures sont traités de manière graphique, figurative, stylisée, abstraite. Ils abordent les sujets de l’accumulation de l’écriture, du rythme, des foules. (Chrismali)

Usure

L’histoire du ticket est évoquée à partir des couleurs adoptées au fil du temps. Le croisement de ces couleurs produit par superposition, un nuancier. Vient ensuite la notion d’appropriation du ticket. Un même ticket est plié, trituré et imprimé jusqu’à disparition. (Sigrine Genest)

Perte de repères

Face à la disparition prochaine du ticket, les repères se perdent. Où est il ? Sur une carte, un téléphone, ou petit carton de 3×7 cm dans une poche. Le ticket présenté devient carré, plus grand, plus petit, il s’obscurcit. Reste son rythme qui persiste en traces d’écritures, de couleurs plus ou moins visibles. (Chrismali)

Effacement

Le dernier volet traite de la disparition du ticket et de la trace qu’il laisse, tant il aura marqué plus d’un siècle de vie parisienne. Le ticket, déchiqueté ou jeté au sol, laisse son empreinte. Il ne disparait jamais complètement des mémoires. (Sigrine Genest)

Le travail des 2 artistes

Les deux artistes travaillent sur des principes graphiques d’accumulation, d’effacement, de transformation.

Chrismali – le ticket s’efface, reste sa trace
Sigrine Genest -le ticket s’efface, reste sa trace

Elles manipulent les tickets de métro, les recouvrent,  graffitent, impriment…

Chrismali et Sigrine Genest ont 2 approches opposées et complémentaires.

L’une travaille directement sur le ticket, le « graffitie », le colorise (Chrismali), l’autre utilise des empreintes de ticket et des formes créées représentant le ticket (Sigrine Genest).

Chrismali emplit le ticket de signes et couleurs jusqu’à le faire disparaitre tandis que Sigrine Genest élimine progressivement toute couleur.

Chrismali  transforme le ticket carton en œuvre d’art miniature, en le multipliant, il devient  tableaux, volumes, installations, livres. le ticket de métro est l’un de ses medias depuis 9 ans. Pour en savoir plus .

Le travail de Sigrine Genest sur l’éffacement du ticket s’inscrit dans une démarche initiée par l’atelier Vicky Fischer au Ateliers Beaux-Arts de la Villede Paris (ABA). Elle présente ici les séries développées.

Chrismali, plasticienne, prélève dans la nature et le quotidien des petits bouts avec lesquels elle compose pour conter des histoires. Elle aborde de nombreux champs plastiques sans limites (sculptures techniques mixtes, taille directe, dessins, peintures, gravure). Elle mélange tout: «La mixité, c’est la vie».Le ticket de métro compose, se mêle à nombreuses de ses créations.

Pour voir plus de création tickets -voir la page Chrismali dédiée

Pour la poésie libre – le ticket poète- de Chrismali sur le ticket c’est ici

Sigrine Genest, diplomée ENSAD spécialité gravure et dessinatrice, utilise le dessin et la grande diversité des techniques de l’estampe pour construire des séries d’images puisant dans le répertoire des lieux communs contemporains. Son intervention sur le ticket de métro n’est qu’un volet de son travail. Pour en savoir plus .

MAIRIE DU 20 – Horaires et accès à l’exposition

Mairie du 20 , 6 Place Gambetta 75020

Du mercredi 24 janvier au samedi 10 février
📍 Salon d’honneur, mairie du 20e, 6 place Gambetta
🕒 Du lundi au vendredi : 8h30 à 17h, le jeudi de 12h à 19h30 et le samedi de 9h à 12h30

Chrismali sera présente les après-midi de 15h30 à 17h et le jeudi 1er février jusqu’à 19h30.

Site de la Mairie de Paris avec présentation de l’exposition

Une petite visite! Venez, je vous emmène

Un grand merci à la Mairie du 20èm de nous accueillir au sein de son très beau salon d’honneur.

Merci également au journal « l’Officiel des Spectacles » pour la diffusion de notre exposition

Bonjour 2024

L’année 2024 démarre et je souhaite à toutes et tous le meilleur des possibles —sans gros tracas!

Pour Chrismali, l’année commence de facon dynamique

Mairie du 20èm. » Le ticket s’éfface, reste sa trace »- Exposition en duo

Une vingtaine de dessins de Chrismali sont présentés – sur les thèmes

  • Des rébus de vie. Des tickets qui content la vie et présentent des personnages, paysages, signes et symboles traités de manière graphique , stylisée, figurative, abstraite. Les sujets de l’accumulation, des foules, des écritures et des rythmes sont abordés.
  • Perte de repères. Face à la disparition prochaine du ticket, les repères se perdent. Sa forme, son format change, Chrismali l’obscursit. Il subsiste rythme et signes colorés.

Au coté de Chrismali, Sigrine Genest propose une toute autre interprétation en partant de tickets créés par la technique de l’estampe.

Elle aborde les thèmes de l’usure du ticket avec les marques du temps sur celui-ci et de son effacement avec la disparition progressive du ticket selon un process d’impressions itératives .

Le vernissage a lieu le mercredi 24/1/2024 entre 17h30 et 19h30.Nous serons ravis de vous accueillir .


L’exposition se tient dans le salon d’honneur de la Mairie du 20 ièm, place Gambetta, 75020 Paris.

Expo Ticket

Salon Art et Liberté de Charenton (94).

Ce très beau salon présente dans la coupole de l’espace Art et Liberté, un beau pannel de l’art contemporain actuel. Chrismali y particpe de puis quelques années toujours avec grand plaisir.

Cette année, 3 sculptures en pierre en  » opale du Zimbabwe », jamais encore exposées seront exposées. Un famille de 3  » pas finis ‘, la mère et ses enfants.

Sculptures « Les Pas Finis – Mère, fille et fils – Taille directe – opale du Zimbabwé – 32*16*10//18*18*10//20*18*12

Au plaisir de vous retrouver à la Mairie du 20ièm le mercredi 24 janvier 2024.

¨Pour d’autre dates, merci de me contacter mcl@chrismali.com

Pierres , taille directe, expo Chrismali

Tout d’abord , merci.

Merci pour votre enthousiasthme votre soutien. Lorsque l’on présente un tout nouveau travail, le regard et l’échange avec les autres sont importants et j’apprécie nos rencontres.

Cela fait maintenant 4 ans que je me suis lancée dans la pratique de la taille directe, la sculpture sur pierre.

Taille directe

C’est un peu par hasard que j’y suis arrivée, je souhaitais travailler avec le bois flotté, un matériau que l’on rencontre souvent abandonné sur les plages et je suis allée dans un atelier de taille directe dont les membres faisaient de la pierre. Sans trouver cela facile, cela demande temps, techniques et efforts, je me suis surprise à suivre des courbes, trouver le mouvement. La thématique des « Pas finis » – mes êtres en évolution, ces « éphémères » par rapport à l’échelle du temps et à la certitude de la finitude humaine se sont vite imposés et une petite série est née, jamais encore exposée,

Mon besoin d’exploration et de mélange m’a conduit vers d’autres champs d’application; mélange de pierre, puis mélange de fer et et de pierre puis bois, pierre, bronze et sur des pièces plus petites céramiques, bois, métal, bijoux… mix media..

Les pierres travaillées manuellement sont des serpentines, albâtres, tuff, calcaires et opales (pierres métamorphiques du Zimbabwé).

Exposition Liens avec les AAB- Espace Commines – Marais -Paris

Prochainement, avec les Artistes à la Bastille, j’exposerai mes 2 dernères réalisations « pierre sur le thème » « Liens »*

* thème qui est le mien depuis 15 ans – j’ai démarré ma seconde vie « professionnelle » avec les chrismaliens- des bijoux de fils et d’argent, des liens fragiles et éphémères qu’il nous faut entretenir…). Aujourd’hui les bijoux sont accessoires et services.

Je présente 2 sculptures  » scénettes » en rapport avec les liens qui unissent tout le vivant – la terre, l’air et l’eau.

La 1ère petite installation est un arbre ( bois, fer et albâtre) accompagné de tous petits personnages  » les pas finis » et d’un grand personnage – relié, connecté, soutenu, dépendant de la terre, l’air et l’eau.

La seconde installation représente « mère nature » à la fois grotte où l’on se réfugie et où l’on puise ses resources et corps que l’on tente de dominer et d’exploiter, Mère nature est accompagnée de ses petits êtres pas finis dépendants qui ‘sy abrite et la dévore.

Espace Commines du 30/11 au 3/12 , 17 rue Commines 75003 Paris

Vernissage le jeudi 30 à partir de 18h30, ouverture jeudi, vendredi, samedi et dimanche de 14hà 20h.

Je serais présente tous les jours et serais tavie de vous accueilir. Si vous le pouvez, prévenezmoi de votre visite. mcl@chrismali.com – sms 06 23 58 01 26

Vivants éphémères
Bienvenue sur la planète Terre
 
Enracinés, nourris, soutenus,
Sur terre, sous terre
Dans les mers, dans les airs.
 
Chantal, Rémy, pâquerette, crevette, gazelle
Moustique, papillon, herbes folles,
Dauphin, platane, cerisier, cassissier,
Pour tout le vivant
Même terre, même air, même eau
 
Tout est lié, tout est lien

Chrismali

Complétant les sculptures, j’exposerai 2 gravures en rapport avec la thématique de l’eau , la mer et de toutes ses vies inconnue.

Nouvelles du ticket

Mon travail avec les tickets de métro continue. Peut-être une belle exposition prochainemement.. Je vous tendrais au courant.

La période des cadeaux approchant, j’ai de nombreux mini tableaux – le tableau ticket unique ou petits cadres format 20-*20 facilement expédiables, à des tarifs cadeaux; 15 euros hors transport pour les touts petits et entre 35 et 50 pour les formats carrés 20*20. Ne prenant pas toujours le temps de poster sur ma boutique l’ensemble de mes créations, n’hésitez pas à me contacter, par mail mcl@chrismali.com ou par sms 06 23 58 01 26. Voici le site où vous pouvez voir les mini tableaux.

Site mavillemonshopping – boutique chrismali

Chagall au Centre Pompidou

Chagall au Centre Pompidou – jusqu’au 26/02/24

Marc Chagall (1787-1885)

L’exposition « Chagall à l’oeuvre » réunit un ensemble d’œuvres d’après g/uerre entrées dans la collection du muséee collection en 2022 et venus enrichir la collection du Centre Pompidou, l’une des plus représentatives e26/02/24t des plus importantes de l’œuvre de l’artiste, surtout pour les œuvres d’avant-guerre;   Cent-vingt-sept dessins, cinq céramiques et sept sculptures de Marc Chagall.

L’exposition  présente les dessins préparatoires aux costumes et rideaux de scène du ballet l’Oiseau de feu d’Igor Stravinsky repris par le Ballet Theater de New York en 1945, les esquisses et maquettes pour la décoration du plafond de l’Opéra commandée à l’artiste en 1962, ainsi qu’un ensemble de céramiques, collages et sculptures réalisés des années 1950 à l’aube des années 1970.

Chagall nous emporte par son trait envolé , ses couleurs légères, son bestiaire anthropomorphe, ses ciels peuplés de personnages volants, ses allégories amoureuses dans un monde proche du rêve qui n’en aborde pas moins les thèses de la misère, la guerre et la violence.

Chagall artiste protéiforme,  peintre, dessinateur, illustrateur, sculpteur, céramiste, lithographe travailla sur de nombreux projets autour de la musique qu’il aimait tant et qui se retrouve continuellement dans son oeuvre.et également dans cette exposition

J’ai particulièrement aimé ces collages tardifs, ses céramiques et les maquettes pour le plafond de l’Opéra Garnier. On remarquera dans ses collages l’utilisation de tissus, dentelles et papiers de toutes sortes dont des timbres.

De Staël au MAM

Nicolas De Staël  (1914-1955), figure incontournable de la scène artistique française d’après-guerre est exposé au  Musée d’Art Moderne de Paris jusqu’au 21/01/2024.

« La rétrospective rassemble une sélection d’environ 200 œuvres venues de nombreuses collections publiques et privées d’Europe et des Etats-Unis dont une cinquantaine montrées pour la première fois dans un musée français.

Avant 1940

Organisée de manière chronologique -de 1934 à 1955, l’exposition retrace les évolutions successives de l’artiste, depuis ses premiers pas figuratifs et ses toiles sombres et très en matières  des années 1940, jusqu’à ses tableaux peints à la veille de sa mort prématurée en 1955. Si l’essentiel de son travail tient en une douzaine d’années, Staël ne cesse de se renouveler et d’explorer de nouvelles voies : son « inévitable besoin de tout casser quand la machine semble tourner trop rond » le conduit à produire une œuvre remarquablement riche et complexe, « sans esthétique a priori ». Insensible aux modes comme aux querelles de son temps, son travail bouleverse délibérément la distinction entre abstraction et figuration, et apparaît comme la poursuite, menée dans l’urgence, d’un art toujours plus dense et concis : « c’est si triste sans tableaux la vie que je fonce tant que je peux », écrivait-il. La rétrospective permet de suivre pas à pas cette quête picturale d’une rare intensité, en commençant par ses voyages de jeunesse et ses premières années parisiennes, puis en évoquant son installation dans le Vaucluse, son fameux voyage en Sicile en 1953, et enfin ses derniers mois à Antibes, dans un atelier face à la mer.

La biographie de Staël a d’emblée créé un mythe autour de son art : de son exil après la Révolution russe jusqu’à son suicide tragique à l’âge de 41 ans, la vie du peintre n’a cessé d’influer sur la compréhension de son œuvre. Sans négliger cette dimension mythique, la rétrospective entend rester au plus près des recherches graphiques et picturales de Staël, afin de montrer avant tout un peintre au travail, que ce soit face au paysage ou dans le silence de l’atelier. Enfant exilé devenu voyageur infatigable, l’artiste est fasciné par les spectacles du monde et leurs différentes lumières, qu’il se confronte à la mer, à un match de football, ou à un fruit posé sur une table. Variant inlassablement les outils, les techniques et les formats (du tableautin à la composition monumentale), Staël aime « mettre en chantier » plusieurs toiles en parallèle, les travaillant par superpositions et altérations successives. Le dessin joue, dans cette exploration, un rôle prépondérant dont une riche sélection d’œuvres sur papier souligne le caractère expérimental. »

Source https://www.mam.paris.fr/fr/expositions/exposition-nicolas-de-stael

J’ai beaucoup aimé cette exposition, tout particulièrement ses premières œuvres et nombreux de ses tableaux de tailles modestes aux palettes bleu , gris, blanche ocre, aux couleurs douces et cependant contrastées, fortement empreintes en matière et souvent avec un touche vive tel que le rouge,  et j’ai apprécié de découvrir ses  peintures aux couleurs chaudes intenses orange, aubergine, noire… aux alliances très actuelles.

L’exposition permet de ressentir le besoin d’évolution et les recherches constantes de l’artiste, son besoin de renouvellement dans sa pratique.  Elle met également en évidence le poids de la reconnaissance des galeries et collectionneurs sur son travail.