EXpositions Chrismali décembre

Du 1er au 4 décembre – Exposition TROP – Espaces Commine 75003

Je me réjouis de cette première participation avec les « Artistes à la Bastille » et à l’Espace Commines

L’exposition a pour thématique « TROP » , elle présentera la vision d’une soixantaine d’ artistes dont un groupe d’amis artistes, l’association Artistas Plasticos Goya Aragon de Saragosse.

Le « Trop » va envahir le vaste espace Commines, du 17 rue des Commines.

Chrismali y présentera 3 tableaux et 5 sculptures.

Les tableaux, sont volontairement très plein, constitués de multiples symboles, traces diverses de notre époque, le tout mélangé sans trop de logique dans une quête de remplissage de l’espace. Les sculptures , plus sobres confrontent l’utilisation de matériaux de toutes sortes où le précieux et le débris, le durable et l’éphémère cohabitent ensemble et créent une certaine harmonie.

TROP
 
Trop, ce mot m’obsède
J’enlève le R
J’apporte le S
J’é-crie Stop
 
Stop au trop
Au poids des maux
Au trop qui détruit tout
 
Ce trop  je le peins
Le sculpte
Le rend confus et pas beau
Pour vous, pour moi
Je l’exagère -pas tant que ça
Omni présent , il est partout.
 
Alors
Que la chasse au « trop » galope
Qu’il se fasse prendre et réduire 
Pour l’équilibre du grand TOUT

Chrismali

Exposition Petits Formats à la Compagnie des Oeillets – Ivry sur Seine 94

Chrismali présentera des œuvres papier , gravure et dessins avec ticket de métro, ainsi que des sculptures. La nouvelle série Envol musical – encre de chine et collage sut tickets de métro sera présentée .

Vernissage le vendredi 9 décembre à partir de 18h30 au C33- 33 rue Raspail 94200 Ivry Sur Seine – Renseignements – Compagnie des Œillets – Gilles Hirzel 06 80 75 45 43

Exposition le samedi 10 et dimanche 11 décembre de 14h à 20h.

Ce sera pour vous l’occasion de visiter ce très beau lieu – havre de paix ou nature et nature et d’ateliers d’artistes vous accueillent. Ce sera également l’opportunité de découvrir les activités artistiques et culturelles de la Compagnie des Oeillets qui crée des ponts entre les arts et favorise les rencontres entre artistes.

Envol musical
Encre et collage sur tickets de métro
Encre syr ticket s de métro
Envol rose

Aqua Mater – Sabastiao Salgado

« Aqua Mater »est une très belle exposition photographique couplée à pavillon de bambou, prouesse architecturale de Simon Velez, architecte colombien, et un accompagnement sonore de François-Bernard Mâche inspirée de bruits d’eaux.

L’exposition nous fait pénétrer un autre monde propice à la contemplation; textes et photos délivrent des connaissances et sensibilisent sur l’état de l’eau et son rôle.

L’eau est le liquide le plus précieux sur
Terre, indispensable à notre existence.

Aqua c’est comme un cri! L’eau est à la source de toute vie. Élément essentiel de notre Terre. L’eau est notre corps et notre terre (les trois quarts de
la surface du globe) et plus de 60% de notre corps.

Aqua, c’est une de mes sources d’inspiration artistique – thème de création et d’exposition. On ne parle pas assez de la problématique de l’eau en tant que bien universel commun. Aujourd’hui dans certains pays, acheter de l’eau coute plus cher que des sodas.

La protection de l’eau notre merveilleux bien commun universel est une nécessité.

je reprends ci-après des extraits de certains textes de l’exposition.

La source de cette exposition

« La source de cette exposition
est née d’une réflexion sur l’état de notre planète. Le réchauffement
climatique est devenu une menace pour l’humanité et la nature. La
fonte des glaciers et la dilatation thermique des eaux de mers dues
aux températures élevées provoquent inexorablement une augmen-
tation du niveau des océans, avec des conséquences dévastatrices
pour les populations côtières et l’environnement. La cohabitation
harmonieuse avec l’élément aquatique et sa protection sont plus que
jamais nécessaires à notre survie et à la préservation de la biodiversité
dans le monde.
Les forêts produisent le phénomène de l’évaporation, formant de
véritables rivières aériennes, transportant de l’eau douce à différentes
latitudes, réaffirmant l’urgence de leur protection. Les océans, les
glaciers, les rivières, les ruisseaux, les lacs, les chutes d’eau, la pluie
sont une partie importante de la planète. L’eau est vitale pour le corps
humain, pour les plantes qui nous nourrissent, pour les biomes et les
espèces animales.
Dans cette exposition, l’eau apparaît
sous toutes ses formes, sa pureté et son intensité, son abondance et
sa rareté, saisie dans sa solitude ou dans des interactions variées avec
l’humain, la faune et la flore, dans un échantillon photographique de
sa poésie et de son caractère indispensable.
Comme l’a écrit le penseur français Gaston Bachelard (1884-1962)
dans son œuvre L’eau et les rêves : « Une goutte d’eau puissante
suffit pour créer un monde et pour dissoudre la nuit. Pour rêver la
puissance, il n’est besoin que d’une goutte imaginée en profondeur.
L’eau ainsi dynamisée est un germe ; elle donne à la vie un essor.

Le manifeste de l’eau pour le XXI ièm siècle

« Le manifeste de l’eau pour le XXIe siècle
Premier principe : La disponibilité et l’accès à l’eau
à ses usages – constituent un droit humain (universel,
indivisible et imprescriptible) individuel et collectif.
L’eau est un symbole réel du caractère « sacré » que nos
sociétés attribuent à la vie. L’eau est sacrée.
Deuxième principe : L’eau appartient aux habitants de
la terre et aux autres espèces vivantes. Elle est un bien
commun, patrimoine de l’humanité. Elle n’est pas une
marchandise, un bien économique marchand. Elle n’est
pas « l’or bleu ».
Tribuna del agua de lexpo 2008 de Saragosse »

La journée mondiale de l’eau

« La Journée mondiale de l’eau a lieu le 22 mars de chaque
année depuis 1993. C’est une célébration des Nations
Unies qui met l’accent sur l’importance de l’eau douce
et vise à sensibiliser sur la situation des 2,2 milliards de
personnes qui vivent sans accès à l’eau.
Cette année, la journée a pour thème « Eaux souterraines
rendre visible l’invisible », avec pour objectif d’attirer
l’attention sur cette ressource vitale mais invisible. Si
les eaux souterraines ne sont pas visibles, car contenues
dans des systèmes rocheux sous le sol, elles ne doivent
pas être oubliées pour autant.
En La Journée Mondiale de l’Eau a pour thème « Les Eaux souterraines, rendre visible l’invisible»

Les eaux souterraines ?

« Ce sont les eaux que l’on trouve sous terre, à différentes
profondeurs, retenues dans des formations géologiques
composées de roches, de sable ou de graviers (appelées
aquifères), et qui proviennent de la pluie et la neige qui
s’infiltrent dans le sol. Les eaux souterraines alimentent
les sources, les cours d’eau, les lacs et les zones humides,
et s’écoulent vers les océans. Elles peuvent être extraites
à la surface au moyen de pompes et de puits.
Pourquoi les eaux souterraines sont-elles importantes ?
Les plus importantes réserves d’eau douce sous
forme liquide de la planète sont souterraines.
La moitié de la population mondiale en dépend
pour l’approvisionnement en
eau potable. Elles
fournissent aussi une grande partie de l’eau que nous
utilisons pour la production alimentaire et les processus
industriels. Les eaux souterraines sont également
indispensables au bon fonctionnement des écosystèmes,
notamment des zones humides et des cours d’eau.

Dans les zones les plus sèches de la planète, les eaux
souterraines constituent parfois la seule ressource en
eau disponible. Les eaux souterraines peuvent jouer
un rôle important dans l’adaptation aux changements
climatiques.

Les eaux souterraines sont aussi les eaux urbaines.
« L’eau urbaine est souvent invisible, prise dans
des tuyaux, des pompes, des réservoirs. Tous ces
éléments enterrés constituent un patrimoine fragile et
mal connu, difficile à appréhender tant techniquement
que politiquement… Alors même que c’est peut être le
service le plus essentiel à notre vie de tous les jours ! »

Les photos

Voici des photos de l’exposition – il est fort difficile de rendre compte des très belles et grandes photos de S Salgado environ 200 cm sur 150 cm.

Allez voir l’exposition c’est jusqu’au 22/09/2022 sur le parvis de l’esplanade de la Défense

En savoir plus le site de l’expo https://aquamatersebastiaosalgado.art/paris/


Oeuvres de Chrismali sur le thème de l’eau

Kiefer chez Ropac et +

Le grand Kiefer est omni présent et partout .
Présent au Panthéon depuis 2020, après le Grand Palais éphémère 2021 (Trocadéro),la White cube de Londres, participant à la Biennale de Visite 2022, il est aussi exposé chez Taddeus Ropac à Pantin jusqu’au 11/05/22.

C’est là que je l’ai retrouvé!

Je dois vous avouer que j’ai été ravie de cette exposition bien qu’elle confirme ce que j’avais trop fortement ressenti au Grand Palais Ephémère (voir ici). Le grand Kiefer n’expose pas pour faire passer des messages au grand public- comme ses titres, les écritures sur ses tableaux pourraient le laisser penser. Il écrit pour lui! Il expose pour lui!

L’exposition de Pantin plus abordable dans ces thèmes, présente pèle-mêle des toiles inspirées de plusieurs poètes et de la Kabbale.

Depuis les années 1990, Anselm Kiefer a dédié plusieurs séries d’œuvres aux poètes Paul Celan, Ingeborg Bachmann et Velimir Khlebnikov, trois auteurs ayant entrepris de dresser le langage contre l’oubli et la barbarie. Il est également très influencé par les écrits de la Kabbale.

Chez Ropac aussi, aucune muséographie n,est là pour éclairer ses œuvres, et ouvrir à la poésie tant criée. Les inscriptions manuscrites de ses oeuvres sont reprises en titre et raccourcies et seul le titre est traduit – sur demande …

J’ai aimé à nouveau sa peinture, la variété des œuvres proposées et la lumière qui se dégageait de l’exposition. Son travail ouvre les portes des champs de l’art et montre que l’art est grand et nécessaire!

Info sur l’exposition à la Galerie Thaddeus Ropac

Art Paris – petit tour et œuvres remarquées

Je suis allée à Art paris en Avril 2022 qui se tenait cette année au Grand PAlais Ephémère – le nouveau lieu des grandes expositions des galeries.

Voici en quelques images ce qui a retenu mon attention!

Faites moi part de vos commentaires.

Alina Frieske

Un petit Nicolas De Staël !- Song Xin, Joana Vasconcelos, Sheila Hicks sculptures et dessins

Voeux et plus Kiefer, Kentridge

Des Voeux pour tous!

EN 2022, Soyons heureux! 

C’est bon pour la santé .

Et refusons la peur, 

C’est encore meilleur!

Chrismali

Pour commencer l’année, une bonne nouvelle!

Bonne nouvelle!

Le 2 décembre 2021, lors de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, il a été décidé que l’année 2022 serait « l’Année Internationale des sciences fondamentales pour le développement durable ». 

A l’heure où les équilibres se fissurent, les inégalités s’accroissent, les certitudes passées tombent, il est bon de savoir que des équipes de chercheurs de nombreux pays vont collaborer ensemble pour envisager toutes les solutions de vie possible à partir de modélisations scientifiques et de données connues. Cette terminologie  » sciences fondamentales pour le développement durable » inclut tout aussi bien les domaines attendus de la physique, chimie, santé, climatologie que les sciences sociales et bien d’autres.

« L’ONU considère que les applications des sciences fondamentales sont essentielles aux progrès de la médecine, de l’industrie, de l’agriculture, des ressources en eau, de la planification de l’énergie, de l’environnement, des communications et de la culture. « Ces sciences et les technologies émergentes pourvoient aux besoins de l’humanité, en donnant accès à l’information et en améliorant la santé et le bien-être des personnes, des communautés et des sociétés », souligne-t-elle.

L’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable braquera ainsi les projecteurs sur les liens entre les sciences fondamentales et les Objectifs de développement durable. Elle sera un moment clé de mobilisation pour convaincre de leur importance les responsables économiques et politiques, ainsi que le grand public, explique le site dédié. »

source https://www.ecoco2.com/blog/annee-internationale-des-sciences-fondamentales-pour-le-developpement-durable/

Projets Chrismali

En 2022, je souhaite mettre en avant le bien commun, les oeuvres communes, le collectif.

Pour démarrer l’année et se retrouver, l’exposition collective de Charenton – le salon Art et Liberté – du 20/01 au 12/02.

Depuis la rentrée scolaire 2021, j’ai ressenti le besoin de me nourrir d’art, d’un certain type d’art – celui qui montre que l’art est multiple, que  l’art est dans le regard , le faire et les intentions, que l’art est message et que l’art est chemin.

Je vous présente ci-après 2 grands artistes vivants inspirants qui travaillent sur la notion de mémoire et qui interrogent sur le sens de la vie.

2 Grands artistes Kentridge et Kiefer

William Kentdridge

Exposition récente William Kentridge  – Finally Memory Yields- galerie Marian Goodman – Paris

L’exposition est centrée sur le mythe de la Sibylle de Cumes qui écrivait votre destin sur une feuille de chêne et plaçait la feuille à l’entrée de sa grotte, formant peu à peu un amas de feuilles. Mais, alors que vous allier récupérer la feuille vous correspondant, un vent se mettait à souffler et faisait tourbillonner les feuilles, de sorte que vous ne saviez jamais si vous obteniez votre destin ou celui d’un d’autres .

La vidéo « Sibyl » a été conçu pour son opéra de chambre « waiting for the sibyl »:

« Les phrases qui apparaissent dans l’opéra de chambre proviennent d’un large éventail de sources : de proverbes, de phrases trouvées dans des cahiers, de vers de poètes de Finlande, d’Israël, d’Afrique du Sud, d’Afrique du Nord, de différents endroits d’Amérique du Sud et de par le monde – qui sont soit utilisées telles quelles, soit adaptées ou modifiées, mais qui répondent en quelque sorte à la question : « Dans quel but ? »

Les pages tournantes de Sibyl. font allusion au mythe de la sibylle de Cumes,.On souhaite éviter son destin, mais on sait qu’on va droit vers lui. Il plane ici l’idée que notre Sibylle contemporaine est en réalité l’algorithme, qui connaît nos destins mieux que nous-mêmes. »

L’artiste

William Kentridge est né en 1955 à Johannesbourg en Afrique du Sud où il vit et travaille toujours. Son œuvre est  pluridisciplinaire; il travaille avec le dessin, le film, la gravure, la performance, la sculpture et la peinture.

Il a également réalisé de  nombreuses mises en scènes d’opéras et de productions théâtrales. Il a participé à un nombre significatif de manifestations et biennales internationales comme la Documenta X (I997), XI(2002), et XIII et la Biennale de Venise (1993, I999 et 2005). Kentridge a reçu de nombreux prix et distinction comme le Praemium Imperiale Award de peinture (2019). En septembre 202I il est nommé membre étranger associé à l’Académie des Beaux-Arts en France.

Précédentes expositions Kentridge

Video Sibyl – extrait

Anselm Kiefer

Kiefer c’est l’artiste du gigantisme, un artiste à déchiffrer car ces messages sont nombreux. je le suis depuis des années. Tout comme Kentdrige, il m’inspire et je l’admire. Je vais vous présenter sa dernière exposition au grand palais éphémère ,. espace monumental de 10 000m2 conçu par l’architecte Jean Michel Wilmotte. C’est dans un univers de type grand hangar pour avions que Kiefer a imaginé son exposition  » Hommage à Paul Celan » . C’est là qu’il a posé ses toiles, installations et qu’il a simulé une partie de son atelier en nous exposant une partie des composants de ses œuvres.

Quand on pénètre dans le Grand Palais éphémère, on est stoppé par l’obscurité du lieu. Un temps d’adaptation est nécessaire pour percevoir les couleurs, reliefs des œuvres. Celles-ci comportent majoritairement des textes en allemand. C’est une très grande exposition Kiefer, une taille à sa hauteur.

Dans les extraits de son journal rédigés pendant la préparation de l’exposition au Grand Palais Éphémère, Anselm Kiefer écrit :

« Celan ne se contente pas de contempler le néant, il l’a expérimenté́, vécu, traversé…La langue de Paul Celan vient de si loin, d’un autre monde auquel nous n’avons pas encore été confrontés, elle nous parvient comme celle d’un extraterrestre. Nous avons du mal à la comprendre. Nous en saisissons ça et là un fragment. Nous nous y accrochons sans jamais pouvoir cerner l’ensemble. J’ai humblement essayé, pendant soixante ans. Désormais, j’écris cette langue sur des toiles, une entreprise à laquelle on s’adonne comme à un rite.

Je dois avouer que j’ai été déçue de ne pas comprendre tous ses textes écrits, cet hommage! On ressent une inspiration forte , une obsession ! il y a bien sûr, ce qui se ressent, pour moi c’était la violence, l’explosion, le besoin de rappeler l’histoire. La muséographie ne rend pas le propos de l’exposition compréhensible; seuls les titres allemands des œuvres étaient traduits.

Si vous voyez cette exposition, partagez moi votre sentiment!

Je vais prochainement aller à Pantin chez Taddaeus Ropac voir son exposition qui démarre.

Pour retrouver ses précédentes expositions voici des liens;

Beaubourg , BNF, Ropac Pantin, Gagosian Le Bourget,Kiefer exposition Whalhalla à la White Cube de Londres White Cube Londres

AKAA

AKAA, « Also Known As Africa »,  c’est la foire d’Art contemporain et design dédiée au continent africain et à son rayonnement à travers le monde.

Le salon présente pour sa 6 ieme édition des créations récentes de l’Afrique et des territoires qui en sont inspirés.

Le Carreau du Temple, accueille 34 galeries internationales et une bonne centaine d’artistes. Beaucoup de ces galeries sont émergentes – à peine quelques années d’âge – et autant africaines qu’européennes, cela montre l’attractivité de l’art africain contemporain, un secteur bouillonnant et attirant pour les jeunes professionnels d’Europe, d’Afrique, et d’Amérique.


Cette année, le salon AKAA m’a semblé dans son ensemble plus homogène et plus proche des grands salons d’art contemporain. Différentes galeries présentaient des œuvres de Chéri Samba.


3 jours de salon, c’est peu, voici une petite sélection des artistes qui m’ont touchés.

J’ai aimé la force des couleurs et ses visions d’Afrique.

Il y avait de nombreux points rouges. L’art africain contemporain attire et inspire.

Sa vitalité est contagieuse – vous aussi, laissez vous prendre!

Et si vous voulez découvrir la précédente édition, voici le lien

Automne artistique fantastique

Ces 2 mois écoulés ont été l’occasion de belles découvertes, d’échanges au travers de nombreuses visites de galeries, salons, ateliers, expositions.


Il y en a eu tant que j’ai décidé de vous les montrer toutes ou presque dans un seul article. Vous apprécierez sûrement l’énergie créative, la variété de l’art actuelle, on ressent de la part des artistes et commissaires d’expositions une volonté de renouveau, une présence plus affirmée de la couleur et un art qui est une ode au vivant, à la nature.
J’espère vous transmettre ces émotions.

Salon Mac Paris – de magnifiques découvertes