Voeux et plus Kiefer, Kentridge

Des Voeux pour tous!

EN 2022, Soyons heureux! 

C’est bon pour la santé .

Et refusons la peur, 

C’est encore meilleur!

Chrismali

Pour commencer l’année, une bonne nouvelle!

Bonne nouvelle!

Le 2 décembre 2021, lors de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, il a été décidé que l’année 2022 serait « l’Année Internationale des sciences fondamentales pour le développement durable ». 

A l’heure où les équilibres se fissurent, les inégalités s’accroissent, les certitudes passées tombent, il est bon de savoir que des équipes de chercheurs de nombreux pays vont collaborer ensemble pour envisager toutes les solutions de vie possible à partir de modélisations scientifiques et de données connues. Cette terminologie  » sciences fondamentales pour le développement durable » inclut tout aussi bien les domaines attendus de la physique, chimie, santé, climatologie que les sciences sociales et bien d’autres.

« L’ONU considère que les applications des sciences fondamentales sont essentielles aux progrès de la médecine, de l’industrie, de l’agriculture, des ressources en eau, de la planification de l’énergie, de l’environnement, des communications et de la culture. « Ces sciences et les technologies émergentes pourvoient aux besoins de l’humanité, en donnant accès à l’information et en améliorant la santé et le bien-être des personnes, des communautés et des sociétés », souligne-t-elle.

L’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable braquera ainsi les projecteurs sur les liens entre les sciences fondamentales et les Objectifs de développement durable. Elle sera un moment clé de mobilisation pour convaincre de leur importance les responsables économiques et politiques, ainsi que le grand public, explique le site dédié. »

source https://www.ecoco2.com/blog/annee-internationale-des-sciences-fondamentales-pour-le-developpement-durable/

Projets Chrismali

En 2022, je souhaite mettre en avant le bien commun, les oeuvres communes, le collectif.

Pour démarrer l’année et se retrouver, l’exposition collective de Charenton – le salon Art et Liberté – du 20/01 au 12/02.

Depuis la rentrée scolaire 2021, j’ai ressenti le besoin de me nourrir d’art, d’un certain type d’art – celui qui montre que l’art est multiple, que  l’art est dans le regard , le faire et les intentions, que l’art est message et que l’art est chemin.

Je vous présente ci-après 2 grands artistes vivants inspirants qui travaillent sur la notion de mémoire et qui interrogent sur le sens de la vie.

2 Grands artistes Kentridge et Kiefer

William Kentdridge

Exposition récente William Kentridge  – Finally Memory Yields- galerie Marian Goodman – Paris

L’exposition est centrée sur le mythe de la Sibylle de Cumes qui écrivait votre destin sur une feuille de chêne et plaçait la feuille à l’entrée de sa grotte, formant peu à peu un amas de feuilles. Mais, alors que vous allier récupérer la feuille vous correspondant, un vent se mettait à souffler et faisait tourbillonner les feuilles, de sorte que vous ne saviez jamais si vous obteniez votre destin ou celui d’un d’autres .

La vidéo « Sibyl » a été conçu pour son opéra de chambre « waiting for the sibyl »:

« Les phrases qui apparaissent dans l’opéra de chambre proviennent d’un large éventail de sources : de proverbes, de phrases trouvées dans des cahiers, de vers de poètes de Finlande, d’Israël, d’Afrique du Sud, d’Afrique du Nord, de différents endroits d’Amérique du Sud et de par le monde – qui sont soit utilisées telles quelles, soit adaptées ou modifiées, mais qui répondent en quelque sorte à la question : « Dans quel but ? »

Les pages tournantes de Sibyl. font allusion au mythe de la sibylle de Cumes,.On souhaite éviter son destin, mais on sait qu’on va droit vers lui. Il plane ici l’idée que notre Sibylle contemporaine est en réalité l’algorithme, qui connaît nos destins mieux que nous-mêmes. »

L’artiste

William Kentridge est né en 1955 à Johannesbourg en Afrique du Sud où il vit et travaille toujours. Son œuvre est  pluridisciplinaire; il travaille avec le dessin, le film, la gravure, la performance, la sculpture et la peinture.

Il a également réalisé de  nombreuses mises en scènes d’opéras et de productions théâtrales. Il a participé à un nombre significatif de manifestations et biennales internationales comme la Documenta X (I997), XI(2002), et XIII et la Biennale de Venise (1993, I999 et 2005). Kentridge a reçu de nombreux prix et distinction comme le Praemium Imperiale Award de peinture (2019). En septembre 202I il est nommé membre étranger associé à l’Académie des Beaux-Arts en France.

Précédentes expositions Kentridge

Video Sibyl – extrait

Anselm Kiefer

Kiefer c’est l’artiste du gigantisme, un artiste à déchiffrer car ces messages sont nombreux. je le suis depuis des années. Tout comme Kentdrige, il m’inspire et je l’admire. Je vais vous présenter sa dernière exposition au grand palais éphémère ,. espace monumental de 10 000m2 conçu par l’architecte Jean Michel Wilmotte. C’est dans un univers de type grand hangar pour avions que Kiefer a imaginé son exposition  » Hommage à Paul Celan » . C’est là qu’il a posé ses toiles, installations et qu’il a simulé une partie de son atelier en nous exposant une partie des composants de ses œuvres.

Quand on pénètre dans le Grand Palais éphémère, on est stoppé par l’obscurité du lieu. Un temps d’adaptation est nécessaire pour percevoir les couleurs, reliefs des œuvres. Celles-ci comportent majoritairement des textes en allemand. C’est une très grande exposition Kiefer, une taille à sa hauteur.

Dans les extraits de son journal rédigés pendant la préparation de l’exposition au Grand Palais Éphémère, Anselm Kiefer écrit :

« Celan ne se contente pas de contempler le néant, il l’a expérimenté́, vécu, traversé…La langue de Paul Celan vient de si loin, d’un autre monde auquel nous n’avons pas encore été confrontés, elle nous parvient comme celle d’un extraterrestre. Nous avons du mal à la comprendre. Nous en saisissons ça et là un fragment. Nous nous y accrochons sans jamais pouvoir cerner l’ensemble. J’ai humblement essayé, pendant soixante ans. Désormais, j’écris cette langue sur des toiles, une entreprise à laquelle on s’adonne comme à un rite.

Je dois avouer que j’ai été déçue de ne pas comprendre tous ses textes écrits, cet hommage! On ressent une inspiration forte , une obsession ! il y a bien sûr, ce qui se ressent, pour moi c’était la violence, l’explosion, le besoin de rappeler l’histoire. La muséographie ne rend pas le propos de l’exposition compréhensible; seuls les titres allemands des œuvres étaient traduits.

Si vous voyez cette exposition, partagez moi votre sentiment!

Je vais prochainement aller à Pantin chez Taddaeus Ropac voir son exposition qui démarre.

Pour retrouver ses précédentes expositions voici des liens;

Beaubourg , BNF, Ropac Pantin, Gagosian Le Bourget,Kiefer exposition Whalhalla à la White Cube de Londres White Cube Londres

AKAA

AKAA, « Also Known As Africa »,  c’est la foire d’Art contemporain et design dédiée au continent africain et à son rayonnement à travers le monde.

Le salon présente pour sa 6 ieme édition des créations récentes de l’Afrique et des territoires qui en sont inspirés.

Le Carreau du Temple, accueille 34 galeries internationales et une bonne centaine d’artistes. Beaucoup de ces galeries sont émergentes – à peine quelques années d’âge – et autant africaines qu’européennes, cela montre l’attractivité de l’art africain contemporain, un secteur bouillonnant et attirant pour les jeunes professionnels d’Europe, d’Afrique, et d’Amérique.


Cette année, le salon AKAA m’a semblé dans son ensemble plus homogène et plus proche des grands salons d’art contemporain. Différentes galeries présentaient des œuvres de Chéri Samba.


3 jours de salon, c’est peu, voici une petite sélection des artistes qui m’ont touchés.

J’ai aimé la force des couleurs et ses visions d’Afrique.

Il y avait de nombreux points rouges. L’art africain contemporain attire et inspire.

Sa vitalité est contagieuse – vous aussi, laissez vous prendre!

Et si vous voulez découvrir la précédente édition, voici le lien

Automne artistique fantastique

Ces 2 mois écoulés ont été l’occasion de belles découvertes, d’échanges au travers de nombreuses visites de galeries, salons, ateliers, expositions.


Il y en a eu tant que j’ai décidé de vous les montrer toutes ou presque dans un seul article. Vous apprécierez sûrement l’énergie créative, la variété de l’art actuelle, on ressent de la part des artistes et commissaires d’expositions une volonté de renouveau, une présence plus affirmée de la couleur et un art qui est une ode au vivant, à la nature.
J’espère vous transmettre ces émotions.

Salon Mac Paris – de magnifiques découvertes

Salon Réalités Nouvelles – quand l’abstraction sort de son cadre et s’ouvre.

Salon de Montrouge – l’énergie créative, le parti pris de la jeune génération – les installations sont à l’honneur

Visites de galeries

Portes ouvertes de Montreuil – une foultitude d’artistes, de très belle rencontres, un climat bouillonnant d’inventivité.

Je participais aux portes ouvertes – je n’ai donc pas pu visiter nombres d’ateliers

Si vous voulez découvrir celui auquel je participais – l’univers Chrismali dans l’atelier de Françoise Darras – c’est ici

Parmi les artistes visités – j’ai tout particulièrement aimé Bence Magyarlaki et ses sculptures sensuelles, l’univers de Isabelle Bonte – De fer est mon fil, les miniatures précieuses de Christine Destours , l’exposition des brodeuses, l’oeil de Liv Mathilde Mechin et les photos et travaux de Christine Mathieu

L’exposition du centre Tignous  » A même la terre- Très belle et sensible exposition avec Valentine Abad, Yann Bagot, Edith Baudrand, Sophie Lecomte, Sidonie Rocher, Barbara Schroeder, Xavier Servas

Artcité à Fontenay sous Bois – Très beau panorama de l’art actuel

Barthélemy Toguo au PaMoCC

Sculptures en fête – Fondation Datris

L’exposition  » Sculptures en fête célèbre les 10 ans de la Fondation Datris à l’Isle-sur-la-Sorgue. C’est dans le Vaucluse que j’ai pu admirer cette très superbe collection qui présente un beau panorama de la sculpture actuelle et montre sa grande diversité.

Elle rassemble une sélection d’œuvres de 126 artistes qui sont entrées dans la collection de la fondation créée par Danièle Kapel-Marcovici et Tristan Fourtine :

Caroline Achaintre • Yaacov Agam • Chul •Hyun Ahn • Alice Anderson • Marina Apollonio • Art Orienté Objet • Béatrice Arthus •Bertrand • Rina Banerjee • Rafael Barrios • Laurent Baude • Pascal Bernier • David Bill • André Bloc • Catheryn Boch • Katia Bourdarel • Angela Bulloch • Daniel Buren • Loris Cecchini • Miguel Chevalier • Ciris Vell • Geneviève Claisse • Anne Claverie • Alain Clément • Céline Cléron – Robbie Cornelissen • Olivier de Coux • Awena Cozannet • Elias Crespin • Carlos Cruz •Diez • Marinette Cueco • Pierre Daquin • Odile Decq • Jean Denant • Philippe Desloubières • Jean Dewasne • Daniel Dezeuze • Norman Dilworth • Henri •François Dumont • Nathalie Elemento • Harald Fernagu • Odile de Frayssinet • Meschac Gaba • Antonio Gagliardi • Alfieri Gardone • Amélie Giacomini et Laura Sellies • Emile Giglioli • Liam Gillick • Jacin Giordano • Sébastien Gouju • Dan Graham • Francis Guerrier • Stéphane Guiran • Tetsuo Harada • Alexis Hayère • Octavio Herrera • Sheila Hicks • Philippe Hiquily • Medjid Houari • Christian Jaccard • Ann Veronica Janssens • Dionisis Kavallieratos • Tadashi Kawamata • Hans Kotter • Sophie Lavaux • Julio Le Parc • Sol LeWitt • Evert Lindfors • Jaildo Marinho • Francesco Marino di Teana • Vincent Mauger • Kate MccGwire • Manuel Merida • Annette Messager • François Morellet • Ariel Moscovici • Jean • Paul Moscovino • Terrence Musekiwa • David Nash • Iván Navarro • Isabel Nolan • Marc Nucera • Sarah Oppenheimer • Laurent Perbos • Darío Pérez •Flores • Carmen Perrin • Françoise Pétrovitch • André Pharel • Jean • Charles Pigeau • Alice Pilastre • Jaume Plensa • Denis Pondruel • Fredrick Prescott • Laure Prouvost • Eva Ramfel • Jean Pierre Raynaud • Sylvie Rivillon • Vera Röhm • Samuel Rousseau • Niki de Saint Phalle • Nicolas Sanhes • Patrick Saytour • Robert Schad • Nicolas Schöffer • Susumu Shingu • Chiharu Shiota • Gabriel Sobin – Monika Sosnowska • Jesús •Rafael Soto • Jean Suzanne • Sarah Sze • Judy Tadman • Moffat Takadiwa • Caroline Tapernoux • Tilman • Wolfram Ullrich • Victor Vasarely • Joana Vasconcelos • Bernar Venet • Claude Viallat • Roger Vilder • Peter Vogel • Ludwig Wilding • Mâkhi Xenakis • Antonella Zazzera.

L’exposition est scnénographiée sur la base de 9 thèmes

Liaisons particulières
Hors cadre
Formes et Déformes
Juste une illusion
Espaces intérieurs
Sciences naturelles
Pas si bêtes !
Complètement allumé.e.s !
Les Jardins de la Villa Datris