Le ticket s’efface, reste sa trace

Une exposition présentée par Chrismali et Sigrine Genest à la Mairie du 20 ièm du 24/1/24 au 10/2/24

L’exposition

Le ticket de métro disparaît. Pour autant, il reste un objet de mémoire et un symbole de la vie de Paris . Sigrine Genest et Chrismali, deux artistes dont la collaboration s’est développée au sein des Artistes de Ménilmontant travaillent sur le ticket de métro et vous proposent l’ exposition  » le ticket s’éfface, reste sa trace ».

Quatre volets sont abordés; Rébus de vie, usure, perte de repères, effacement.

Rébus de vie

Le ticket conte la vie sous forme de rébus ; amalgames de personnages, végétations, paysages, écritures. Les dessins et peintures sont traités de manière graphique, figurative, stylisée, abstraite. Ils abordent les sujets de l’accumulation de l’écriture, du rythme, des foules. (Chrismali)

Usure

L’histoire du ticket est évoquée à partir des couleurs adoptées au fil du temps. Le croisement de ces couleurs produit par superposition, un nuancier. Vient ensuite la notion d’appropriation du ticket. Un même ticket est plié, trituré et imprimé jusqu’à disparition. (Sigrine Genest)

Perte de repères

Face à la disparition prochaine du ticket, les repères se perdent. Où est il ? Sur une carte, un téléphone, ou petit carton de 3×7 cm dans une poche. Le ticket présenté devient carré, plus grand, plus petit, il s’obscurcit. Reste son rythme qui persiste en traces d’écritures, de couleurs plus ou moins visibles. (Chrismali)

Effacement

Le dernier volet traite de la disparition du ticket et de la trace qu’il laisse, tant il aura marqué plus d’un siècle de vie parisienne. Le ticket, déchiqueté ou jeté au sol, laisse son empreinte. Il ne disparait jamais complètement des mémoires. (Sigrine Genest)

Le travail des 2 artistes

Les deux artistes travaillent sur des principes graphiques d’accumulation, d’effacement, de transformation.

Chrismali – le ticket s’efface, reste sa trace
Sigrine Genest -le ticket s’efface, reste sa trace

Elles manipulent les tickets de métro, les recouvrent,  graffitent, impriment…

Chrismali et Sigrine Genest ont 2 approches opposées et complémentaires.

L’une travaille directement sur le ticket, le « graffitie », le colorise (Chrismali), l’autre utilise des empreintes de ticket et des formes créées représentant le ticket (Sigrine Genest).

Chrismali emplit le ticket de signes et couleurs jusqu’à le faire disparaitre tandis que Sigrine Genest élimine progressivement toute couleur.

Chrismali  transforme le ticket carton en œuvre d’art miniature, en le multipliant, il devient  tableaux, volumes, installations, livres. le ticket de métro est l’un de ses medias depuis 9 ans. Pour en savoir plus .

Le travail de Sigrine Genest sur l’éffacement du ticket s’inscrit dans une démarche initiée par l’atelier Vicky Fischer au Ateliers Beaux-Arts de la Villede Paris (ABA). Elle présente ici les séries développées.

Chrismali, plasticienne, prélève dans la nature et le quotidien des petits bouts avec lesquels elle compose pour conter des histoires. Elle aborde de nombreux champs plastiques sans limites (sculptures techniques mixtes, taille directe, dessins, peintures, gravure). Elle mélange tout: «La mixité, c’est la vie».Le ticket de métro compose, se mêle à nombreuses de ses créations.

Pour voir plus de création tickets -voir la page Chrismali dédiée

Pour la poésie libre – le ticket poète- de Chrismali sur le ticket c’est ici

Sigrine Genest, diplomée ENSAD spécialité gravure et dessinatrice, utilise le dessin et la grande diversité des techniques de l’estampe pour construire des séries d’images puisant dans le répertoire des lieux communs contemporains. Son intervention sur le ticket de métro n’est qu’un volet de son travail. Pour en savoir plus .

MAIRIE DU 20 – Horaires et accès à l’exposition

Mairie du 20 , 6 Place Gambetta 75020

Du mercredi 24 janvier au samedi 10 février
📍 Salon d’honneur, mairie du 20e, 6 place Gambetta
🕒 Du lundi au vendredi : 8h30 à 17h, le jeudi de 12h à 19h30 et le samedi de 9h à 12h30

Chrismali sera présente les après-midi de 15h30 à 17h et le jeudi 1er février jusqu’à 19h30.

Site de la Mairie de Paris avec présentation de l’exposition

Une petite visite! Venez, je vous emmène

Un grand merci à la Mairie du 20èm de nous accueillir au sein de son très beau salon d’honneur.

Merci également au journal « l’Officiel des Spectacles » pour la diffusion de notre exposition

Voeux et plus Kiefer, Kentridge

Des Voeux pour tous!

EN 2022, Soyons heureux! 

C’est bon pour la santé .

Et refusons la peur, 

C’est encore meilleur!

Chrismali

Pour commencer l’année, une bonne nouvelle!

Bonne nouvelle!

Le 2 décembre 2021, lors de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, il a été décidé que l’année 2022 serait « l’Année Internationale des sciences fondamentales pour le développement durable ». 

A l’heure où les équilibres se fissurent, les inégalités s’accroissent, les certitudes passées tombent, il est bon de savoir que des équipes de chercheurs de nombreux pays vont collaborer ensemble pour envisager toutes les solutions de vie possible à partir de modélisations scientifiques et de données connues. Cette terminologie  » sciences fondamentales pour le développement durable » inclut tout aussi bien les domaines attendus de la physique, chimie, santé, climatologie que les sciences sociales et bien d’autres.

« L’ONU considère que les applications des sciences fondamentales sont essentielles aux progrès de la médecine, de l’industrie, de l’agriculture, des ressources en eau, de la planification de l’énergie, de l’environnement, des communications et de la culture. « Ces sciences et les technologies émergentes pourvoient aux besoins de l’humanité, en donnant accès à l’information et en améliorant la santé et le bien-être des personnes, des communautés et des sociétés », souligne-t-elle.

L’Année internationale des sciences fondamentales pour le développement durable braquera ainsi les projecteurs sur les liens entre les sciences fondamentales et les Objectifs de développement durable. Elle sera un moment clé de mobilisation pour convaincre de leur importance les responsables économiques et politiques, ainsi que le grand public, explique le site dédié. »

source https://www.ecoco2.com/blog/annee-internationale-des-sciences-fondamentales-pour-le-developpement-durable/

Projets Chrismali

En 2022, je souhaite mettre en avant le bien commun, les oeuvres communes, le collectif.

Pour démarrer l’année et se retrouver, l’exposition collective de Charenton – le salon Art et Liberté – du 20/01 au 12/02.

Depuis la rentrée scolaire 2021, j’ai ressenti le besoin de me nourrir d’art, d’un certain type d’art – celui qui montre que l’art est multiple, que  l’art est dans le regard , le faire et les intentions, que l’art est message et que l’art est chemin.

Je vous présente ci-après 2 grands artistes vivants inspirants qui travaillent sur la notion de mémoire et qui interrogent sur le sens de la vie.

2 Grands artistes Kentridge et Kiefer

William Kentdridge

Exposition récente William Kentridge  – Finally Memory Yields- galerie Marian Goodman – Paris

L’exposition est centrée sur le mythe de la Sibylle de Cumes qui écrivait votre destin sur une feuille de chêne et plaçait la feuille à l’entrée de sa grotte, formant peu à peu un amas de feuilles. Mais, alors que vous allier récupérer la feuille vous correspondant, un vent se mettait à souffler et faisait tourbillonner les feuilles, de sorte que vous ne saviez jamais si vous obteniez votre destin ou celui d’un d’autres .

La vidéo « Sibyl » a été conçu pour son opéra de chambre « waiting for the sibyl »:

« Les phrases qui apparaissent dans l’opéra de chambre proviennent d’un large éventail de sources : de proverbes, de phrases trouvées dans des cahiers, de vers de poètes de Finlande, d’Israël, d’Afrique du Sud, d’Afrique du Nord, de différents endroits d’Amérique du Sud et de par le monde – qui sont soit utilisées telles quelles, soit adaptées ou modifiées, mais qui répondent en quelque sorte à la question : « Dans quel but ? »

Les pages tournantes de Sibyl. font allusion au mythe de la sibylle de Cumes,.On souhaite éviter son destin, mais on sait qu’on va droit vers lui. Il plane ici l’idée que notre Sibylle contemporaine est en réalité l’algorithme, qui connaît nos destins mieux que nous-mêmes. »

L’artiste

William Kentridge est né en 1955 à Johannesbourg en Afrique du Sud où il vit et travaille toujours. Son œuvre est  pluridisciplinaire; il travaille avec le dessin, le film, la gravure, la performance, la sculpture et la peinture.

Il a également réalisé de  nombreuses mises en scènes d’opéras et de productions théâtrales. Il a participé à un nombre significatif de manifestations et biennales internationales comme la Documenta X (I997), XI(2002), et XIII et la Biennale de Venise (1993, I999 et 2005). Kentridge a reçu de nombreux prix et distinction comme le Praemium Imperiale Award de peinture (2019). En septembre 202I il est nommé membre étranger associé à l’Académie des Beaux-Arts en France.

Précédentes expositions Kentridge

Video Sibyl – extrait

Anselm Kiefer

Kiefer c’est l’artiste du gigantisme, un artiste à déchiffrer car ces messages sont nombreux. je le suis depuis des années. Tout comme Kentdrige, il m’inspire et je l’admire. Je vais vous présenter sa dernière exposition au grand palais éphémère ,. espace monumental de 10 000m2 conçu par l’architecte Jean Michel Wilmotte. C’est dans un univers de type grand hangar pour avions que Kiefer a imaginé son exposition  » Hommage à Paul Celan » . C’est là qu’il a posé ses toiles, installations et qu’il a simulé une partie de son atelier en nous exposant une partie des composants de ses œuvres.

Quand on pénètre dans le Grand Palais éphémère, on est stoppé par l’obscurité du lieu. Un temps d’adaptation est nécessaire pour percevoir les couleurs, reliefs des œuvres. Celles-ci comportent majoritairement des textes en allemand. C’est une très grande exposition Kiefer, une taille à sa hauteur.

Dans les extraits de son journal rédigés pendant la préparation de l’exposition au Grand Palais Éphémère, Anselm Kiefer écrit :

« Celan ne se contente pas de contempler le néant, il l’a expérimenté́, vécu, traversé…La langue de Paul Celan vient de si loin, d’un autre monde auquel nous n’avons pas encore été confrontés, elle nous parvient comme celle d’un extraterrestre. Nous avons du mal à la comprendre. Nous en saisissons ça et là un fragment. Nous nous y accrochons sans jamais pouvoir cerner l’ensemble. J’ai humblement essayé, pendant soixante ans. Désormais, j’écris cette langue sur des toiles, une entreprise à laquelle on s’adonne comme à un rite.

Je dois avouer que j’ai été déçue de ne pas comprendre tous ses textes écrits, cet hommage! On ressent une inspiration forte , une obsession ! il y a bien sûr, ce qui se ressent, pour moi c’était la violence, l’explosion, le besoin de rappeler l’histoire. La muséographie ne rend pas le propos de l’exposition compréhensible; seuls les titres allemands des œuvres étaient traduits.

Si vous voyez cette exposition, partagez moi votre sentiment!

Je vais prochainement aller à Pantin chez Taddaeus Ropac voir son exposition qui démarre.

Pour retrouver ses précédentes expositions voici des liens;

Beaubourg , BNF, Ropac Pantin, Gagosian Le Bourget,Kiefer exposition Whalhalla à la White Cube de Londres White Cube Londres

Léon Spilliaert – Musée d’Orsay


Léon Spilliaert (1881-1946) Portrait de l’artiste par lui-même1903. Crayon graphite, encre noire et encre brune à la plume et au pinceau H. 27,4 ; L. 27,2 cm

Léon Spilliaert, peintre belge née en 1881 à Ostende, un bout du monde.

Homme d’une grande sensibilité, mélancolique, grand nerveux, lecteur de Nietzsche, écrivant des poèmes qu’il jette ensuite, il se dit né dans un monde étrange.

Continuer la lecture de Léon Spilliaert – Musée d’Orsay

Céline Achour – Rêveries d’automne

Céline Achour – peintre de contes fantastiques intimistes

J’aime beaucoup l’univers de Céline Achour. C’est une conteuse artiste peintre qui vous emporte vers d’autres espaces, d’autres temps…

Continuer la lecture de Céline Achour – Rêveries d’automne

Chrismali – Expo Fatras -Galerie Espace le Marais

Chrismali – Expo Fatras -Galerie Espace le Marais


Ma deuxième exposition personnelle s’est déroulée à la galerie Espace Le Marais, petite galerie bleue située à la croisée de grands chemins, Musée Picasso, Musée Cognac Jay, Institut Finlandais, Le square Parc Royal.

Continuer la lecture de Chrismali – Expo Fatras -Galerie Espace le Marais

Toulouse-Lautrec au Grand Palais

Toulouse-Lautrec est un peintre, dessinateur, lithographe, caricaturiste ,affichiste et illustrateur français.

Il est le peintre de la vitalité et de l’humanité. Il s’est attaché à montrer le réel dans toute sa force avec des techniques picturales allant à l’essentiel.

Continuer la lecture de Toulouse-Lautrec au Grand Palais

« Tout est lié » – Chrismali

« Tout est lié » – Chrismali

Tout est lié, tout est lien.
Trop plein de tout.
Il est temps de s’alléger!

Chrismali

C’est par cette citation que commençait l’exposition Chrismali à la Galerie de l’Angle – Tickets volants au vent et poésie en vitrine.

Continuer la lecture de « Tout est lié » – Chrismali

Jacqueline Duhême – une exposition enchanteresse – bibliothèque Fornay

La bibliothèque Forney présente la première grande exposition consacrée à Jacqueline Duhême  » une vie en couleurs ».

Jacqueline Duhême est une illustratrice émérite de la littérature pour enfants. Elle a illustré plus de 80 livres.

Femme de caractère, passionnée, elle a traversé le 20 èm siècle et y a laissé son empreinte et elle continue aujourd’hui.

Jacqueline Duhême est née à Versailles en 1927. Partie de rien, femme aux multiples talents, à partir de sa rencontre avec Paul Eluard, son chemin n’a cessé d’aller à la rencontre des grandes figures de son époques artistes, personnalités publiques…

Elle a été l’ imagiaire des poètes comme la surnommait Paul Eluard  et a travaillé avec Jacques Prévert, Paul éluard, Raymond Queneau, Claude Roy, Miguel Angel Asturias, Jules Supervielle, Francis Jammes, Blaise Cendrars, Anne Philippe, Maurice Druon, Gilles Deleuze, Elisabeth Badinter .

Elle a su les convaincre d’écrire des textes pour elle qu’elle mettait en image.

Par son tempérament enjoué, son amour de la vie, son talent, elle est entrée dans l’intimité de nombreux de ceux qu’elle côtoyait.

Elle a été aide d’atelier chez Henri Matisse et logeait chez eux.

Par sa rencontre avec la comtesse Volpi, elle fit  un séjour à Venise et eut l’opportunité de mener une vie de peintre.

Elle a cependant préféré devenir reporter dessinatrice pour le couple Lazareff. Elle travailla pour le magazine Elle  de 1952 à 1971 en France et à l’étranger. Elle fut journaliste et réalisa de nombreux reportages en image. Elle voyagea avec les Kennedy, avec Charles de Gaulle, avec le pape Paul VI. Robert Badinter lui demanda d’imager un livre sur les droits de l’homme en 2005…

En tant qu’auteur et illustratrice, elle a réalisé un dessin animé en 1956, avec H. Gruel.

Elle a également créer des cartons pour tapisserie et entre 1967 et 1981 , elle est peintre cartonnier pour les tapisseries d’Aubusson.

Plusieurs prix lui ont été décernés, dont L’Octogone d’honneur pour l’ensemble de son œuvre en 1998 et le titre de commandeur de  l ’ordre des Arts et des Lettres en 2016.

Pour en savoir plus, voir son interview de 2014

Site Forney . Exposition jusqu’au 13 juillet 2019

Toi emoi – Artistes à la Bastille

Toi émoi – Artistes à la Bastille

C’est la nouvelle exposition de l’association des Artistes à la Bastille.

Elle se déroule dans le très beau lieu qu’est l’Espace Commines .

L'exposition présente le travail de 69 artistes réunis en une exposition autour d’une interrogation sur l’altérité, résumée par son titre : « TOI ÉMOI ».

« « TOI », c’est l’autre, différent de moi, proche ou lointain, qu’il soit humain, animal,végétal ou même … robotique.

« ÉMOI », car la rencontre est toujours interrogation, curiosité, bouleversement ; rêves ou cauchemars, histoires d’amour, de haine, rarement d’indifférence !

A l’heure où les sociétés sont prises du vertige de se refermer sur elles-mêmes, il est réconfortant de sentir, devant toutes ces créations, les désirs de partage se bousculer dans la tête des artistes. »

J’ai sélectionné quelques oeuvres qui j’espère vous donneront envie d’aller voir l’exposition, suivre ce collectif – allez voir le site de l’association.

du 15 au 18novembre 2018
à l’Espace Commines
17 rue Commines 75003 Paris

Bonne visite!

Mirella Rosner -May Chan Wai Mui

May Chan Wai Mui

Artistes à la Bastille- Regine De Forge de Parny

Artistes à la Bastille- Pascale Lefebvre

Artistes à la Bastille- Pascal Mathé

Artistes à la Bastille -Mirella Rosner- Elli Drouilleau

Artistes à la Bastille- Elisabeth Baillon

Artistes à la Bastille- Colette Rabeuthe

Artistes à la Bastille – Nathalie d’Alessandro

Artistes à la Bastille – macha Volodina Winterstein

Artistes à la Bastille – Loic Lortsch

Artistes à la Bastille – Elisabeth Lerolle

Artistes à la Bastille – Elisabeth Lerolle

Toi émoi- Artistes à la Bastille

 

 

L’exposition « l’état du ciel » au Palais de Tokyo, un musée toujours aussi surprenant et déroutant,

Le Palais de Tokyo, un musée toujours aussi surprenant et déroutant présente l’exposition « l’état du ciel »

Il y a des lieux rares comme celui-ci ou l’on va en se disant – que va t’il se passer?

Est ce que je vais comprendre, aimer, détester, être indifférent, être furieux?

Est ce que je vais apprendre quelque chose.

« L’état du ciel « au Palais de Tokyo donne a voir des propositions  de l’attention active des artistes à l’état du réel, l’artiste étant le témoin de son époque; des données physiques, morales, économiques et politiques…

Un projet ambitieux en 3 parties – Le volet 1 a débuté le 14 février.

Une petit anecdote et des photos, c’est ainsi que je vais vous donner ma perception de cette exposition.

Le Palais de Tokyo, c’est grand et parfois on passe même des salles gigantesques. C’est ainsi que vers la fin de la visite, j’ai eu envie de refaire des photos des grandes peintures tags et que j’ai découvert un espace ou je n’étais pas allée.

La partie « Des choses en moins , des choses en plus ». (14 février -2 mars)

Vu de loin, des personnes qui déambulent dans un grand espace quasi vide et parmi elles, 2 vélos qui roulent…

Insolite! En regardant mieux, je vois une femme seule nue qui elle aussi marche, s’arrête, prend des mesures de son corps avec un mètre ruban, les annonce à haute voix, les inscrits au sol, les additionne ou les multilplie.

A bien y regarder il y a également des dessins au mur et sur les vitres de corps et de leurs mesures.

C’est clair, une performance est en train de se passer sans bruit – sans presque personne, devant mes yeux.

Voici une courte vidéo d’ Esther Ferrer, artiste espagnole engagée qui a débuté sous le régime de Franco ses performances. C’et elle qui est à l’origine de cette performance http://videos.arte.tv/fr/videos/exposition-hommage-a-l-artiste-espagnole-esther-ferrer–7400822.html

CAM05796

Performance Esther Fisher
Performance Esther Fisher

Performance Esther Fisher

Performance Esther Fisher
Performance Esther Fisher

Performance Esther Fisher
Performance Esther Fisher

Performance Esther Fisher
Performance Esther Fisher

Je visite tout l’espace , il y également comme une cabine préfabriquée trouée d’ou on a une perception différente des choses. un objet marqué « essayer moi », un kit de présentation, modulable pour exposition ou autre qui tiend dans une sorte de grande malle. et des visiteurs qui se promènent intrigués.

En repartant, je croise un groupe et les entend parler.

 » Tu as vu la femme nue dans l’espace? »

Un autre renchérit  » Tu as vu les vélos? »

Et un 3èm qui questionne « Nus aussi? »

Cela m’a fait rire , sourire et j’espère que vous aussi.

Il est des lieux comme celui-ci qui vous font modifier la perception des choses – qui vous surprennent, banalisent et vous ouvrent … Ce n’est pas la 1ère fois que cette sensation curieuse se produit au Palais de Tokyo.

John Giorno
John Giorno

John Giorno
John Giorno

John Giorno
John Giorno

John Giorno
John Giorno

CAM05807 CAM05804

La partie « Nouvelles histoire de fantômes » -(14 février- 7 septembre)

Il s’agit ici d’une grande installation vidéo qui vous immerge dans une réflexion – proposition sur la perte des êtres qui vous entourent. C’est traité comme un mur des lamentations qui s’installe aussi au sol…

On peut survoler ou y passer des heures à tout décoder, tenter de comprendre ou seulement regarder ces images seules ou composées qui créent un univers calme et impressionnant. Une oeuvre qui ne vous laisse pas indifférent.

Réalisation Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger

 

Huberman et Gisinger
Huberman et Gisinger

Huberman et Gisinger
Huberman et Gisinger

Huberman et Gisinger
Huberman et Gisinger

Huberman et Gisinger
Huberman et Gisinger

SVP

Huberman et Gisinger
Huberman et Gisinger

Découverte au Little Palais, Henrique Oliveira et sa sculpture installation Baitogogo

L »artiste brésilien a construit sa petite forêt à partir de déchets de palettes qu’il a intégré dans la structure du batiment.

C’est beau et Chris a beaucoup aimé! C’est le petit bonhomme rouge en photo, il m’accompagne souvent, lui ou un autre Chris, ou un Ma ou un Li.

Pour en savoir plus

 

Henrique Oliveira
Henrique Oliveira

Henrique Oliveira
Henrique Oliveira

Henrique Oliveira 3 CAM05789

Henrique Oliveira
Chris détaillant le travail d’Henrique

Allez-vous voir cette exposition?

Si vous le voulez bien, faites-moi part de vos surprises et observations.

 

programme

L'état du ciel au Palais de Tokyo
L’état du ciel au Palais de Tokyo